Algérie: Un Français décédé, trois autres libérés... Douze otages tués depuis le début de l'opération... Revivez la journée du 18 janvier en direct

I.R. et C.C. avec agences

— 

Photographie non datée, prise par le groupe norvégien Statoil, du site gazier d’In Amenas, dans l'est de l'Algérie.
Photographie non datée, prise par le groupe norvégien Statoil, du site gazier d’In Amenas, dans l'est de l'Algérie. — AFP PHOTO / STATOIL / KJETIL ALSVIK

 

Ce live est désormais terminé. Merci de nous avoir suivis. Rendez-vous samedi pour une nouvelle journée d'infos.
20h45: Un Français tué et trois libérés saufs, annonce Laurent Fabius
Le ministre des Affaires étrangères annonce dans un communiqué que «les autorités algériennes viennent de nous informer qu’au cours de l’opération de libération des otages détenus à In Aménas, l’un de nos compatriotes (...) avait malheureusement perdu la vie. Trois autres de nos concitoyens, également présents sur le site lors de l’attaque des terroristes, ont la vie sauve.»
20h40: Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, déclare qu'un otage français a été tué lors «de l'opération de libération» du site gazier
20h35: 7 étrangers sont toujours retenus en otages sur le site gazier, annonce l'agence ANI
Il s'agit de trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique, selon cette agence.
20h28: Une opération est toujours en cours sur le site gazier d'In Amenas, annonce l'agence de presse algérienne
20h18: Retour en France d'un ex-otage français ce vendredi soir
L'ex-otage français Alexandre Berceaux, libéré par l'armée algérienne après 40 heures de détention sur un site gazier par un groupe islamiste, devait rentrer ce vendredi soir en France, a indiqué son père. «Il est fatigué, en état de choc. Il a décollé d'Algérie. On attend de savoir où on va le récupérer», a dit Alain Berceaux, à son domicile à Pagny-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle). Alexandre Berceaux, 32 ans, est responsable dans une entreprise de restauration basée à Marseille, Catering international services, qui nourrissait les 2.000 personnes du site gazier d'In Aménas. Il se trouvait sur place depuis un an.

20h17: Témoignages de rescapés étrangers de la prise d'otages, par l'AFP
19h41: Douze otages tués depuis le début de l'opération
Douze otages ont été tués depuis le lancement de l’opération de l'armée algérienne contre le groupe islamiste, auteur du rapt de centaines de personnes mercredi sur un site gazier dans le Sahara, a annoncé ce vendredi une source sécuritaire, cité par l'agence officielle APS. «En plus des 18 terroristes mis hors d’état de nuire, 12 employés algériens et étrangers ont péri», a précisé cette source, sans donner de précision sur le nombre et la nationalité des victimes étrangères et précisant qu'il s'agissait d'un bilan provisoire.

19h26: Les ravisseurs détiennent encore sept otages étrangers
Des sources au sein du groupe islamiste auteur de l'attaque, «les Signataires par le sang», proche d'Al-Qaida, ont affirmé à ANI que les ravisseurs «détiennent encore sept otages étrangers dans l'usine, dont ils ont fait exploser une partie pour repousser les forces algériennes» qui ont donné l'assaut pour libérer les otages.
19h19: Premières images des rescapés de la prise d'otages, par l'AFP
18h31: Intervention du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, sur la situation en Algérie, par l'AFP
17h54: Le récit de la fuite d'un rescapé irlandais, bombe autour du cou
C'est son frère qui a raconté son histoire auprès de l'Irish Times. Stephen McFaul se trouvait dans l'une des voitures avec laquelle les ravisseurs ont tenté de fuir après l'assaut des forces algériennes jeudi. Alors que les passagers des cinq véhicules bombardés par l'armée ont été tués, l'otage irlandais, bombe autour du cou, se trouvait dans la seule apparemment épargnée, mais accidentée. Stephen McFaul a alors pu s'enfuir à pied avant d'être recueilli par les autorités algériennes.

17h16: Le récit des rescapés algériens
Le Point a recueilli les premiers témoignages de rescapés algériens de la prise d'otages. Ceux-ci permettent d'en savoir plus sur le déroulé des événements. Les ravisseurs, entre 18 et 30, seraient arrivés mercredi matin, vers 5h30, tuant l'employé qui se trouvait à l'entrée du site. Deux autres ont été ensuite tués à leur tour, «apparemment des étrangers», d'après les témoignages des ex-otages. «Le groupe terroriste était composé majoritairement de ressortissants d'Afrique subsaharienne et d'Algériens, accompagnés de deux étrangers, un Français et un ressortissant d'Europe du Nord. Selon un des témoins, les ravisseurs l'appelaient "le Norvégien"», poursuit Le Point, les rescapés évoquant également un armement «lourd et sophistiqué» détenu par les preneurs d'otages. Ces derniers ont indiqué que les Algériens avaient été séparés des autres otages mais qu'une trentaine avait été tuée lors de l'assaut de l'armée algérienne. Le reste des otages serait, à majorité, des Japonais, tandis qu'une médecin française se serait «cachée parmi les otages algériens», selon Le Point.

17h13: Les Etats-Unis en contact régulier avec l'Algérie sur l'évolution de la situation
Barack Obama est régulièrement informé par le gouvernement algérien de l'évolution de la situation au complexe gazier où plusieurs dizaines d'étrangers sont encore les otages de djihadistes, déclare ce vendredi la Maison blanche. «Nous sommes en contact permanent avec le gouvernement algérien et nous avons clairement fait savoir que notre priorité était la sécurité des otages», écrit dans un communiqué Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. Il ajoute que le président américain s'est entretenu jeudi de la situation avec le Premier ministre britannique David Cameron. «Nous sommes en contact étroit avec nos autres partenaires internationaux, ainsi qu'avec les services de BP chargés de la sécurité à Londres», précise le porte-parole. Un responsable de l'administration Obama a qualifié la situation sur le complexe d'«évolutive et sensible.»

17h08: Une centaine d'otages étrangers libérés, 30 toujours manquants
Une centaine d'otages sur les 132 ressortissants étrangers pris en otages ont été libérés, rapporte une source de la sécurité algérienne. Le sort des autres otages étrangers reste incertain compte tenu de la situation changeante.

17h03: Revoir l'intervention de Jean-Marc Ayrault au sujet de la prise d'otages, par l'AFP
16h48: Revoir en vidéo l'intervention du Premier ministre britannique, David Cameron, au sujet de la prise d'otages, par l'AFP
16h40: La libye renforce la sécurité sur ses gisements d'hydrocarbures du sud du pays après la prise d'otages algérienne
«En raison des événements en cours dans la région, la Garde des installations pétrolières a pris une série de mesures pour augmenter et renforcer la protection des champs pétrolifères, des installations et des employés dans l'ouest et le sud de la Libye», indique cet organisme officiel dans un communiqué. Les autorités prévoient notamment la création d'une salle opérationnelle spéciale, l'accroissement des effectifs de gardiennage et de personnel militaire et l'intensification des patrouilles dans et autour des sites, précise l'institution sur sa page Facebook.

16h39: Le point sur la situation, par France 24
15h49: La France est très inquiète sur le sort de l'un de ses ressortissants d'une cinquantaine d'années, selon BFM TV

15h26: Une soixantaine d'étrangers encore retenus en otages ou manquants sur le complexe gazier, selon une source locale

15h02: Les ravisseurs proposent d'échanger leurs otages américains contre deux militants islamistes emprisonnés aux Etats-Unis
Ces militants sont la pakistanaise Aafia Siddiqui,  emprisonnée pour tentative de meurtre contre des soldats américains en Afghanistan, et le cheikh égyptien Omar Abdel Rahman, chef spirituel de la Jamaa islamiya égyptienne. Washington a refusé à plusieurs reprises de relâcher le «cheikh aveugle», considéré comme le commanditaire d'un attentat au camion piégé contre le World Trade Center, à New York, en 1993. Les Etats-Unis n'ont pas dit combien de leurs ressortissants sont encore retenus en otage.


14h56: Le point de l'entreprise japonaise JGC à propos de la prise d'otage, par l'AFP
14h52: Le témoignage d'un rescapé algérien, par France 24
Employé sur le site, il a réussi à s'enfuir avec une cinquantaine d'Algériens et trois étrangers
>> Lire le témoignage en cliquant ici

14h30: Plus de la moitié des 132 otages étrangers libérés
Selon l'agence algérienne de presse (APS), plus de la moitié des 132 otages étrangers recensés sur le site avaient été libérés ce vendredi. Les forces de sécurité font état d'un total de 650 otages libérés, dont 573 Algériens. L'armée algérienne poursuit son opération visant à déloger un groupe retranché dans le complexe gazier, d'après l'APS. L'agence précise, citant une source sécuritaire, que l'armée algérienne cherche «une solution pacifique». L'agence ajoute, sur la foi d'une source sécuritaire algérienne, que l'assaut lancé jeudi par les forces spéciales a permis de sauver des centaines d'otages et d'éviter une catastrophe pour les installations d'hydrocarbures.

14h29: Une trentaine de preneurs d'otages
Les auteurs de la prise d'otages sur le complexe gazier de Tiguentourine, dans l'est de l'Algérie, étaient au nombre d'une trentaine de «terroristes» de diverses nationalités, rapporte ce vendredi l'agence de presse officielle APS se référant à une source sécuritaire.

14h06: La prise d'otages confirme que le Sahel est «un enjeu pour la communauté internationale» affirme Paris

13h46: Paris juge que la situation lors de cette prise d'otages était «particulièrement complexe» pour Alger 


13h25: Les preneurs d'otages originaires d'Algérie, du Canada, du Mali, d'Egypte, du Niger et de Mauritanie
Une autre source des preneurs d'otages citée par l'agence mauritanienne a par ailleurs affirmé que les preneurs d'otages étaient originaires d'Algérie, du Canada, du Mali, d'Egypte, du Niger et de Mauritanie. Selon Ani, cette source a démenti que les ravisseurs aient tenté de quitter le complexe gazier, ce qui a provoqué les tirs meurtriers des hélicoptères algériens contre leurs véhicules, assurant qu'ils avaient seulement l'intention de déplacer les otages vers un autre bâtiment du site.

13h23: La prise d'otages préparée pendant deux mois
Les déclarations des preneurs d'otages sur de futures actions n'ont pas pu être vérifiées, mais l'agence mauritanienne a depuis le début de la prise d'otages des relations privilégiées avec le groupe dirigé par Mokhtar Belmokhtar, un vétéran du djihadisme algérien. Le porte-parole des Moulathamine a précisé à Ani que le groupe avait préparé cette opération pendant deux mois en prévision d'une offensive internationale contre les mouvements islamistes qui contrôlent le nord du Mali. «On savait d'avance que le régime (algérien) allait bien être l'allié de la France dans la guerre contre l'Azawad», a expliqué le porte-parole en utilisant le nom donné par les Touaregs au territoire sous le contrôle des rebelles. «Tout en tenant compte des souffrances du peuple algérien, nous promettons au régime en place plus d'opérations», a conclu le porte-parole, toujours selon Ani. 

13h11: La situation est toujours «dangereuse» sur le site d'In Amenas, selon David Cameron
Les preneurs d'otages représentent toujours une menace sur une partie du site d'In Amenas, dans l'est de l'Algérie, a déclaré ce vendredi le Premier ministre britannique. «Nous sommes toujours confrontés à une situation mouvante et dangereuse dans laquelle une partie des terroristes a été éliminée dans un secteur du site, mais certains représentent toujours une menace dans une autre zone», a-t-il déclaré au parlement. Le gouvernement britannique, a-t-il souligné, est «déçu» que les autorités algériennes ne l'ai par informé au préalable de l'assaut lancé jeudi.

12h49: La France n'avait pas été prévenue à l'avance de l'opération des forces de sécurité algériennes à In Amenas, selon une source gouvernementale française
A la question de savoir si Paris avait été averti de l'assaut donné jeudi, cette source a répondu: «Non». «Nous avons appris comme vous ce qui s'est passé», a-t-on déclaré. «L'Algérie est un Etat souverain», a-t-on ajouté.

12h48: Les Etats-Unis menacent les terroristes
Les activistes qui s'en prennent aux Etats-unis et à leurs citoyens seront éradiqués, a promis vendredi le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, en visite à Londres. «Les terroristes doivent savoir qu'ils ne trouveront ni sanctuaire, ni refuge en Algérie, en Afrique du Nord ou ailleurs. Ceux qui s'attaquent gratuitement à notre pays et à notre peuple n'auront nulle part où se cacher», a-t-il assuré. Il s'agit de la première réaction d'un membre du gouvernement américain à la prise d'otages.


12h47: Moins de 30 Britanniques à In Amenas
Le Premier ministre britannique a estimé ce vendredi que moins de trente de ses compatriotes étaient dans une situation exposée en Algérie après la prise d'otages sur un complexe gazier. David Cameron, qui s'exprimait devant le parlement après avoir reporté son discours sur les relations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne, a déclaré que l'attaque des islamistes semblait de «grande ampleur et bien coordonnée» et que la prise d'otages était encore «en cours». Des experts de la négociation sont prêts à aider les autorités algériennes, a-t-il ajouté.

12h29: Les compagnies pétrolières étrangères évacuent leurs employés
Plusieurs centaines d'employés de compagnies pétrolières étrangères ont été évacués d'Algérie après la prise d'otages d'In Amenas, dans l'Est, et beaucoup d'autres le seront prochainement, rapporte BP vendredi. «Trois avions ont quitté l'Algérie jeudi, emportant au total onze employés de BP et plusieurs centaines de membres du personnel d'autres compagnies», indique-t-elle dans un communiqué. Le premier avion s'est posé à Londres et les deux autres sont arrivés dans la nuit à Palma de Majorque, où leurs passagers devaient embarquer vendredi pour leur destination finale. «Un quatrième avion doit transporter d'autres employés hors du pays aujourd'hui et nous affréterons d'autres vols si nécessaire», ajoute la compagnie.

12h20: Hommage aux soldats et journalistes français
Jean-Marc Ayrault rend hommage aux soldats français présents au Mali ainsi qu'aux journalistes qui sont sur le front, comme en Syrie. Il a ainsi une pensée pour Yves Debay dont on a appris la mort à Alep ce vendredi.

12h18: L'opération se poursuit, selon Jean-Marc Ayrault
Le Premier ministre s'exprime en ce moment. Il a indiqué que l'opération en Algérie se poursuivait, selon les autorités algériennes. Pour lui, ce qu'il vient de se passer à In Amenas justifie l'engagement de la France au Mali, dans sa lutte contre le terrorisme. «A l'heure où je vous parle, le décès de plusieurs otages est à déplorer. Nous n'en connaissons pas le nombre ni la nationalité», a ajouté le Premier ministre.

11h40: Le parquet de Paris ouvre une enquête sur la prise d'otages
L'enquête a été ouverte pour «enlèvement suivi de mort en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs en vue de préparer un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes», a précisé le parquet.


11h31: Les forces algériennes fouillent toute la zone
Régis Arnoux, le président de CIS Catering, la société de restauration du site d'In Amenas, a fait le point sur la situation pour BFM TV. «Les 150 collaborateurs algériens sont tous sains et saufs et ils sont en cours de rapatriement sur Alger et Assi Messaoud», a-t-il déclaré. «Les forces algériennes ont entouré tout le périmètre y compris la zone de l’usine et actuellement ils fouillent maison par maison, local par local, pour vérifier s’il n’y a pas des terroristes encore cachés», a-t-il ajouté. Régis Arnoux a également raconté qu'«avant l’assaut, quelques otages ont été déguisés par certains de mes collaborateurs, il n’y en a pas eu beaucoup malheureusement et étant déguisés, ils auraient échappé à la vigilance des terroristes et quelques-uns auraient pu s’échapper». Des cellules d'accueil ont été à Alger et Assi Messaoud pour les rescapés de l'entreprise qui restera sur place. «La sécurité était très bien organisée par les autorités algériennes; il y a eu cette attaque surprise qui a dérouté tout le monde. La sécurité sera encore plus forte que ce qu’elle était auparavant surtout si je la compare avec bien d’autres pays», a encore indiqué Régis Arnoux.

11h01: Les preneurs d'otages prêts à mener d'autres actions
Les preneurs d'otages d'In Amenas, dans l'est de l'Algérie, n'ont pas l'intention d'en rester là et promettent d'autres actions, rapporte ce vendredi l'agence de presse mauritanienne Ani, citant un porte-parole du groupe avec lequel elle est en contact régulier. «Tout en tenant compte des souffrances du peuple algérien, nous promettons au régime en place plus d'opérations», a-t-il déclaré, invitant la population à se tenir «à l'écart des lieux d'implantation des compagnies étrangères car», a-t-il ajouté, «nous surgirons où personne ne s'y attendrait».

10h57: Un rescapé français raconte la prise d'otages
>> Lire son témoignage par ici
10h15: Un avion américain vient de se poser à l'aéroport d'In Amenas
Il doit évacuer des ressortissants américains, selon une source locale.

9h53: Nouveau conseil de  défense à l'Elysée
Autour de François Hollande étaient réunis à l'Elysée le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, les ministres de la Défense Jean-Yves Le Drian, des Affaires étrangères, Laurent Fabius et de l'Intérieur, Manuel Valls. Ils participaient à un conseil de défense qui se tient presque quotidiennement depuis le déclenchement des opérations militaires françaises au Mali il y a une semaine.

9h32: L'assaut final serait en préparation?
L’assaut final des forces spéciales sur le site gazier d’In Amenas sera donné dans les toutes prochaines heures, a affirmé une source locale au site d'information algérien TSA. Selon la même source, peu de terroristes resteraient présent sur le site gazier. Certains se seraient déplacé pendant la nuit.

9h12: Pour le député UMP Lionnel Luca, François Hollande est responsable de la prise d'otages en Algérie


9h02: Les entreprises françaises n'envisagent pas de quitter l'Algérie, selon Laurence Parisot
Les entreprises françaises implantées en Algérie ont renforcé leur sécurité mais n'envisagent pas de quitter le pays après l'attaque meurtrière d'un site gazier par un commando islamiste, a assuré la présidente du Medef, Laurence Parisot.

8h59: L'ambassadeur d'Algérie au Japon convoqué
L'ambassadeur d'Algérie a Tokyo  devait être reçu par un vice-ministre, a indiqué un responsable du ministère des affaires étrangères nippon. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait prostesté auprès de l'ambassadeur après le début de l'assaut, réclamant l'arrêt immédiat de l'intervention.

8h47: L'assaut toujours en cours affirme Londres
«L'incident terroriste en Algérie est toujours en cours», selon le ministère britannique des Affaires étrangères. Une nouvelle réunion de crise est d'ailleurs prévu à Londres ce vendredi.
«La situation continue à évoluer sur le terrain. Nous n'avons pas été informés de la fin (de la prise d'otages) par les autorités algériennes», a déclaré une source diplomatique à Reuters.

8h33: «J'ai été otage et je viens de sortir», témoigne un ex-otage sur Europe1
Un ex-otage algérien du site gazier d'In Amenas, en Algérie, a exprimé sur Europe1 son soulagement, juste après sa libération. Avec lui se trouvaient un Français, trois Anglais, et un Ecossais qui a été blessé. «Pendant plus de 48 heures, je n'ai pas fermé l'oeil», explique-t-il.
Les soldats de l'armée algérienne «ont tué la majorité des ravisseurs», poursuit cet homme. La confusion demeure toutefois sur la situation actuelle sur le site gazier. «Il y a encore quelques otages mais ils seront récupérés», veut-il croire.



8h29: Manuel Valls n'a pas d'informations sur la présence d'un djihadiste français parmi les preneurs d'otages
Le ministre de l'Intérieur a dit ne pas avoir d'information sur la présence dans le commando djihadiste d'un ressortissant français. Mais il a confirmé que quelques français, «très peu», étaient effectivement allés faire le djihad au Sahel. «Ils sont évidemment surveillés par nos services de renseignement», a-t-il dit.
Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs confirmé qu'il existait une menace terroriste en France. «Nous devons redoubler de vigilance», a-t-il poursuivi. «Je ne dis pas que la France va être frappée, je dis qu'il faut être vigilant, absolument vigilant.»

8h23: Les opérations toujours en cours selon CNN
Selon un officiel Britannique cité par CNN, les opérations des forces spéciales algériennes étaient «toujours en cours dans différents lieux» de l'installation gazière. Cette source n'a pas pu précisé s'il s'agissait de nouvelles attaques ou d'une vérification par l'armée que tous les terroristes avaient été arrêtés.
 
8h17:  Un employé norvégien de Statoil secouru
La compagnie pétrolière norvégienne Statoil annonce qu'un autre de ses employés du site gazier d'In Amenas a été mis en lieu sûr, mais elle ignore toujours le sort de huit autres.
La firme a évacué 40 membres de son personnel après l'attaque du site, mercredi, par des extrémistes islamistes qui en ont pris douze autres en otages.

8h14: Deux Français «sont revenus» assure Manuel Valls
Manuel Valls a laissé entendre sur RTL qu'au moins deux français avaient échappé aux djihadistes.
«Il y avait très peu de français sur cette base particulièrement étendue, à 1.600 km au sud d'Alger», a déclaré le ministre français de l'Intérieur. «Nous avons des nouvelles de deux d'entre eux qui sont revenus. Pour ce qui concerne les deux autres, s'il y en avait deux autres, nous n'avons pas à ce stade plus d'informations. Nous espérons en avoir dans la matinée», a-t-il ajouté.

 >> Le point à 8 heures

> Trente otages et au moins 11 islamistes ont été tués jeudi lors de l'assaut donné par les forces spéciales de l'armée algérienne, a déclaré la sécurité algérienne.
Selon cette source, huit Algériens, deux Japonais, deux Britanniques et un Français figurent parmi les otages tués. La nationalité des autres victimes dans les rangs des otages ainsi que de ceux qui se sont échappés reste inconnue.

> Parmi les djihadistes tués figure un Français, a assuré la sécurité algérienne.

> L'opération a semble-t-il duré huit heures. Les ravisseurs avaient demandé à quitter le pays avec leurs otages, mais les autorités algériennes ont refusé, selon les déclarations du ministre de la Communication Mohamed Saïd à l'agence APS.

>> Retrouvez le bilan de la journée de jeudi ici