Prise d'otages en Algérie: Aucun lien avec l’intervention au Mali, selon un ancien de la DST

Avec Reuters

— 

L'ancien chef du contre-espionnage français Yves Bonnet a estimé ce jeudi qu'il n'y avait pas de lien entre l'intervention de l'armée française au Mali et la prise d'otages en cours dans un complexe gazier en Algérie.

>> Prise d'otages en Algérie: Suivez l'évolution de la situation en direct par ici

Prié de dire s'il avait été surpris par l'attaque revendiquée par le groupuscule issu d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), l'ancien patron de la DST a répondu : «Pour être honnête, oui».

«Une opération qui de toute façon se serait déroulée»

«Parce que c'est une opération d'envergure, qui est spectaculaire, et qui surtout nécessite une longue préparation parce que les déplacements dans le désert sont assez difficiles à faire», a-t-il dit sur Europe 1. «On peut se faire assez facilement repérer, il faut regrouper des gens qui viennent probablement d'endroits assez différents et donc ce n'est pas du tout une intervention improvisée».

«L'opération était très probablement déjà programée, on n'improvise pas dans ce domaine», a-t-il souligné.

«Que les choses aient été un peu accélérées à cause de l'intervention française au Mali, c'est tout à fait possible mais dans tous les cas, c'est une opération qui de toute façon se serait déroulée», a-t-il conclu.

«Un objectif qui avait été préparé»

Un avis partagé par l'ancien ministre de la Défense UMP Gérard Longuet, invité de LCI ce jeudi matin.

«On ne peut pas imaginer qu'en moins d'une semaine, une telle prise d'otages ait pu être conçue par une filiale d'Al-Qaida ou Aqmi», a-t-il dit. «En tout état de cause, c'est un objectif qui avait été préparé».