Les miliciens somaliens annoncent que l'otage français Denis Allex a été exécuté

OTAGE Les autorités françaises avaient pourtant indiqué que Denis Allex avait été probablement tué dès samedi...

M.Gr. avec E.O.

— 

Les autorités françaises et la DGSE sont toujours restées très discrètes sur cet agent, considéré comme "très solide", et sur les efforts entrepris pour tenter de le faire libérer.
Les autorités françaises et la DGSE sont toujours restées très discrètes sur cet agent, considéré comme "très solide", et sur les efforts entrepris pour tenter de le faire libérer. — afp.com

Les rebelles shebab auraient donc mis leurs menaces à exécution. Les miliciens, qui affirmaient toujours détenir l’otage Denis Allex, après l’échec de l’intervention française samedi en Somalie, viennent d'annoncer ce jeudi, avoir exécuté l’homme, mercredi.

>> Les raisons de l'échec de l'opération française en Somalie

Pourtant dès samedi, après la vaine tentative de libération de l’otage, les autorités françaises avaient indiqué que Denis Allex avait été probablement tué par ses geôliers. «L'opération n'a pas pu aboutir malgré le sacrifice de deux de nos soldats et sans doute l'assassinat de l'otage», a ainsi déclaré François Hollande. Les islamistes, eux, assuraient que l’homme était vivant et qu’il allait être jugé dans les deux jours.

«Nous pensons qu'il est vraisemblablement mort»

L’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées, avait aussitôt dénoncé la «manipulation médiatique» des Shebab.  «Nous soupçonnons, et nous n'avons, je crois, pas tort de le faire, les shebab somaliens de pratiquer de la manipulation médiatique, nous n'avons aucun élément depuis le raid de vendredi soir sur le fait que Denis Allex soit vivant, nous pensons qu'il est vraisemblablement mort», avait déclaré l'amiral Guillaud sur Europe 1. Lundi, les rebelles avaient publié sur leur compte Twitter des photos d’un des militaires français tué lors de l’opération – une «mise en scène odieuse» selon Jean-Marc Ayrault.

Denis Allex, agent de la DGSE, avait été enlevé le 14 juillet 2009 à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, avec un autre agent qui a réussi à prendre la fuite en août 2009.