Madagascar: Rajoelina et Ravalomanana renoncent à la présidentielle

avec AFP

— 

La décision des deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, de ne pas se présenter à l'élection présidentielle prévue en mai ne met en rien un terme à leur rivalité, et laisse ouvertes bien des questions sur leurs tactiques respectives pour revenir au pouvoir.
La décision des deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, de ne pas se présenter à l'élection présidentielle prévue en mai ne met en rien un terme à leur rivalité, et laisse ouvertes bien des questions sur leurs tactiques respectives pour revenir au pouvoir. — afp.com

La décision des deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, de ne pas se présenter à l'élection présidentielle prévue en mai ne met en rien un terme à leur rivalité, et laisse ouvertes des questions sur leurs tactiques respectives pour revenir au pouvoir.

En se désistant, le président de la Transition malgache Andry Rajoelina a cédé aux pressions de la communauté internationale qui l'encourageait à ne pas se présenter, afin d'apaiser le climat politique. Il suit ainsi l'exemple de l'ex-président Marc Ravalomanana, son rival qu'il a renversé en 2009, et qui s'était retiré de la course il y a un mois. Andry Rajoelina, qui affirme «se sacrifier» pour son pays, limite ainsi le risque de se mettre à dos les bailleurs de fonds internationaux.

La communauté internationale a conditionné en effet la reprise de l'aide financière, dont Madagascar est privée depuis près de quatre ans, à la tenue d'élections libres, crédibles et transparentes. Cette aide représentait les deux tiers du budget d'investissement de l'Etat. Andry Rajoelina a admis que sa candidature aurait entaché la crédibilité des élections.