Barack Obama doit présenter son plan sur les armes mercredi

ARMES Son projet s'articule autour de trois grandes propositions...

M.Gr. avec agences

— 

Barack Obama à la Maison Blanche, lors d'une conférence de presse sur les dossiers chauds, le 14 janvier 2013.
Barack Obama à la Maison Blanche, lors d'une conférence de presse sur les dossiers chauds, le 14 janvier 2013. — C.KASTER/AP/SIPA

Le président des Etats-Unis présentera ce mercredi une série de «propositions détaillées» pour lutter contre les violences avec armes à feu, a confirmé mardi son porte-parole Jay Carney.

Barack Obama et son vice-président Joe Biden, qu'il avait chargé d'une mission sur ce sujet après la tuerie de Newtown, dans le Connecticut, présenteront ces mesures à 11h45 (17h45 à Paris) à la Maison blanche.

«Approche détaillée»

Des enfants ayant écrit au chef de l'exécutif pour lui exprimer leurs craintes au sujet des armes à feu et de la sécurité dans les établissements scolaires assisteront à cette présentation en compagnie de leurs parents.

«Le président a fait savoir qu'il avait l'intention d'adopter une approche détaillée», a déclaré Jay Carney, lors d'une conférence de presse.

Trois grands propositions

Lundi, un mois jour pour jour après la tuerie de Newtown, qui a fait 26 morts dont 20 enfants, Barack Obama a dessiné les grandes lignes de son projet qui s'articule autour de trois grandes propositions: rétablissement de l'interdiction des armes d'assaut en vigueur de 1994 à 2004, vérification renforcée des antécédents des acheteurs et contrôle plus strict des chargeurs de munitions à grande capacité.

Jay Carney a confirmé mardi ces trois grands axes, ajoutant qu'il s'agirait aussi bien de projets de loi du ressort du Congrès que d'initiatives du gouvernement.

La NRA s’oppose

Au niveau fédéral, la bataille pour faire évoluer la loi s'annonce cependant particulièrement ardue, dans un Congrès extrêmement polarisé où les républicains n'entendent rien céder au président Obama, qui a reconnu que certaines propositions pourraient y échouer. La NRA s'oppose également à tout changement.

Certaines mesures évoquées, notamment l'interdiction des fusils d'assaut -une loi qui existait de 1994 à 2004 mais n'a pas été prolongée- semblent pourtant avoir le soutien d'une majorité d'Américains, selon deux sondages.

Consensus politique

55% sont favorables à l’interdiction des fusils d'assaut (et 40% contre) selon le centre de recherches Pew. Un sondage Washington Post/ABC News donnait lundi des pourcentages comparables (58-39).

Une immense majorité des Américains (85-12), républicains et démocrates, sont également, selon Pew, pour généraliser les vérifications des antécédents des acheteurs, et veulent qu'on empêche les déséquilibrés d'avoir accès aux armes (80-16).

Mais, souligne Pew, le consensus politique disparaît dès qu'on parle d'autres mesures.