Mali: Hollande pour un Etat unifié et sécurisé

— 

«Nous avons (…) un objectif, c'est de faire en sorte que lorsque nous partirons, il y ait une sécurité au Mali, des autorités légitimes, un processus électoral et plus de terroristes qui menacent l'intégrité du Mali», a affirmé mardi François Hollande à l'occasion d'une visite aux Emirats arabes unis.

C'est le président malien par intérim Dioncounda Traoré, investi en avril 2012 après le départ d'Amadou Toumani Touré, qui devait permettre l'organisation de prochaines élections. Un accord avait été signé le 21 mai prévoyant une période de transition d'un an. Mais l'organisation d'élections a été sans cesse retardée par la partition du pays – le Nord étant contrôlé par les groupes armés. C'est Dioncounda Traoré qui a envoyé une lettre à François Hollande, afin de demander une aide militaire. Mardi, il a récusé l'idée que la France puisse devenir «le gendarme de l'Afrique».