Echec du raid français en Somalie: L'otage français Denis Allex a-t-il été tué?

MONDE Le ministère de la Défense annonce sa mort, les islamistes démentent...

Avec agences

— 

La confusion régnait samedi matin sur le sort de l'otage français Denis Allex en Somalie, le minsitère de la Défense affirmant qu'il a été tué, alors que les islamistes shebab assurent qu'il est toujours vivant.
La confusion régnait samedi matin sur le sort de l'otage français Denis Allex en Somalie, le minsitère de la Défense affirmant qu'il a été tué, alors que les islamistes shebab assurent qu'il est toujours vivant. — afp.com

La confusion régnait ce samedi matin sur le sort de l'otage français Denis Allex en Somalie, le minsitère de la Défense affirmant que «tout porte à croire qu'il a été tué», alors que les islamistes shebab assurent qu'il est toujours vivant.

«L'opération n'a pas pu aboutir malgré le sacrifice de deux de nos soldats et sans doute l'assassinat de l'otage», a déclaré François Hollande, après le Conseil de défense réuni dans l'après-midi à l'Elysée. «On n'a pas réussi mais il fallait prendre le risque parce que Denis Allex était enfermé dans des conditions inhumaines depuis trois ans et demi, que les négociations étaient irréalisables et que nous avions la certitude qu'il se trouvait dans ce lieu, donc le devoir, je pense, était d'intervenir», a encore ajouté Jean-Yves Le Drian, interrogé au 20h de France 2.

Un jugement dans deux jours

Les islamistes disent également détenir «un soldat français blessé» lors d'une opération française destinée à libérér l'otage. Une information qui pourrait s'avérer réelle, puisque Jean-Yves Le Drian a confirmé un soldat français est porté disparu lors de sa conférence de presse de ce samedi matin.

«Le commando de la DGSE a fait face d'emblée à une forte résistance», souligne le ministère dans un communiqué, et «au cours de l'assaut, des combats violents ont eu lieu». Deux soldats français «ont perdu la vie» et «17 terroristes ont été tués» au cours de ces combats, est-il précisé.

Les islamistes affirment au contraire que l'otage est toujours vivant mais qu'ils vont le juger «dans les deux jours». Les shebab ajoutent que les commandos français ont emporté avec eux «plusieurs» de leurs camarades tués ou blessés dans les combats, dans un communiqué envoyé à l'AFP.

>> Revivez les événements de la journée en direct par ici