L'Irak ferme sa frontière avec la Jordanie

Avec Reuters

— 

L'Irak a fermé ce mercredi sa frontière avec la Jordanie après des manifestations antigouvernementales qui ont bloqué l'autoroute vers la Syrie et la Jordanie voisines.

Bagdad a ordonné à l'armée de fermer le principal poste frontière de Traïbil, dans la province sunnite d'Anbar, où les manifestations ont éclaté en décembre après l'arrestation de neuf gardes du corps du ministre des Finances, membre de la minorité sunnite. «Notre travail est complètement interrompu», a déclaré à Reuters le colonel Mahmoud Mohammed Ali, directeur adjoint de la police des frontières, joint par téléphone. «Il n'y a pas de camions, pas de voitures et les autorités ne travaillent pas.»

Pression sur les manifestants

Selon des membres des autorités locales de confession sunnite, le gouvernement a fermé la frontière pour étouffer l'économie de la région et faire pression sur les manifestants qui bloquent l'autoroute depuis plus de deux semaines afin de dénoncer les discriminations dont ils se disent victimes. Des centaines de sunnites campent près de Ramadi, chef lieu de la province d'Anbar situé à 100 km à l'ouest de Bagdad, où l'autoroute se scinde en deux pour mener vers la Syrie et la Jordanie.

De nombreux représentants de la minorité chiite reprochent au Premier ministre chiite, Nouri al Maliki, de marginaliser leur communauté, d'accaparer le pouvoir et d'être trop proche de l'Iran.