« Progrès » dans la crise du nucléaire iranien

©2006 20 minutes

— 

Il y aura un autre épisode à ce que de nombreux observateurs qualifiaient de « rencontre de la dernière chance ». Les négociations entre l'Union européenne et l'Iran pour tenter de désamorcer la crise et empêcher des sanctions de l'ONU face au refus de l'Iran de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium se sont achevées, hier après-midi à Vienne, sur l'annonce de « progrès ». « J'ai eu plus de sept heures de travail avec le Dr Larijani : elles ont été productives », a déclaré Javier Solana, le haut représentant de l'UE pour la politique extérieure. Même ton positif du côté du négociateur iranien : « Nous avons fait des progrès constructifs. Je dirais même que nous sommes parvenus à des points de vue communs sur plusieurs différences. »

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien avait pourtant déclaré, dans la matinée, que « la question de la suspension » de l'enrichissement d'uranium appartenait « au passé », ce qui laissait présager une position inflexible du négociateur iranien. Hier soir, Condoleezza Rice, la secrétaire d'Etat américaine, a menacé l'Iran de sanctions financières sur la chaîne de télévision CNN. Bruxelles, la Chine et la Russie s'y opposent tant que des négociations sont en cours.

Avec AFP

S'ils ont convenu publiquement d'une autre rencontre, les deux négociateurs, n'ont précisé ni la date ni le lieu des prochains entretiens.