La menace terroriste a changé de visage

©2006 20 minutes

— 

Le président George W. Bush a annoncé mercredi que le cerveau présumé des attentats du 11-Septembre, Khaled Cheikh Mohammed, et 13 autres membres importants d'Al-Qaïda, détenus au secret depuis des années, avaient été transférés à Guantanamo pour être jugés.
Le président George W. Bush a annoncé mercredi que le cerveau présumé des attentats du 11-Septembre, Khaled Cheikh Mohammed, et 13 autres membres importants d'Al-Qaïda, détenus au secret depuis des années, avaient été transférés à Guantanamo pour être jugés. — AFP/Archives

Le 11 septembre 2001, quatre avions de ligne, détournés par 19 terroristes islamistes, s'écrasaient à New York, sur le Pentagone et en Pennsylvanie, propulsant Ben Laden au rang d'ennemi nº 1 de l'Occident et de héros auprès des islamistes du monde entier. Cinq ans après, le chef d'Al-Qaida et inspirateur des attentats a beau avoir gagné en popularité, il se retrouve à la tête d'un réseau détruit à 95 %.

Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement et auteur de Al-Qaeda, les nouveaux réseaux de la terreur, distingue trois périodes. « De 1993 [premier attentat sur le World Trade Center] à 2001, les attentats sont le fait de Ben Laden et de son entourage, explique-t-il. De 2001 à 2005, ils sont perpétués par des groupes arabo-musulmans affiliés à Al-Qaida, mais n'appartenant pas au noyau dur. » Depuis juillet 2005 et les attentats de Londres, les attaques ont été orchestrées par des individus bien implantés dans le pays. « La menace terroriste est toujours aussi vivace, mais les acteurs ont changé. »

La lutte antiterroriste a aussi évolué pour devenir plus efficace. Si les attentats continuent, le nombre de morts diminue, l'organisation d'une attaque à grande échelle étant devenue difficile. Ils avaient fait près de 3 000 morts en 2001 aux Etats-Unis, 200 à Madrid en 2004, 50 à Londres en 2005, et aucun cet été dans la capitale britannique, le complot de détourner des avions vers les Etats-Unis ayant été déjoué à temps.

Faustine Vincent

2 978 personnes ont péri dans les attentats du 11 septembre 2001, dont 2 749 à New York. 1 152 familles se plaignent de ne pas avoir de dépouilles de leur parent mort dans l'effondrement du World Trade Center : la moitié des victimes n'a pas encore été identifiée. 455 prisonniers sont toujours détenus à Guantanamo, sans avoir été inculpés. 600 membres présumés d'Al-Qaida ont été arrêtés au Pakistan depuis le lancement de la guerre contre le terrorisme, à la fin 2001.