En fin d'après-midi, Theresa Villiers, la secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord a jugé que "même si en Irlande du Nord, les questions d'identité restaient très sensibles", "rien ne pouvait excuser les scènes" qui ont conduit à ce que "plus de 60 policiers soient blessés".
En fin d'après-midi, Theresa Villiers, la secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord a jugé que "même si en Irlande du Nord, les questions d'identité restaient très sensibles", "rien ne pouvait excuser les scènes" qui ont conduit à ce que "plus de 60 policiers soient blessés". — Peter Muhly afp.com

Monde

Irlande: A Belfast, les incidents se multiplient depuis le retrait de l'Union Jack

Nuit après nuit depuis un mois, les incidents se multiplient ...

Nuit après nuit depuis un mois, les incidents se multiplient à Belfast malgré les tentatives de leaders politiques et religieux pour désamorcer la crise autour de l'usage du drapeau britannique sur la mairie, un psychodrame qui témoigne de la fragilité de la paix en Irlande du Nord.

Les manifestants «tiennent en otage» la province britannique nord-irlandaise, a dénoncé mardi la ministre de l'Ulster, Theresa Villiers, après une nouvelle nuit de violences. «Il n'est pas acceptable que ceux qui défendent le drapeau britannique le fassent en lançant des briques et des cocktails Molotov sur la police. C'est scandaleux», a-t-elle ajouté sur la BBC.

Retrait du drapeau du Royaume-Uni

Mardi soir, des loyalistes protestants ont à nouveau attaqué les forces de l'ordre nord-irlandaises, en leur lançant des bouteilles, des pierres, des cocktails Molotov et des fumigènes.

A l'origine de ces violences figure la décision hautement symbolique prise le 3 décembre par le conseil municipal de Belfast, la capitale de l'Irlande du Nord, de ne plus faire flotter en permanence le drapeau britannique sur le fronton de l'hôtel de ville. Depuis ce jour, chaque soir ou presque, si l'on excepte une trêve pendant la période de Noël, des groupes de loyalistes manifestent, souvent violemment, pour réclamer le retour de l'Union Jack.