Capture d'écran d'un reportage de la chaîne américaine WTVM montrant Derek Shrout, un adolescent ayant planifié une attaque contre son école en Alabama.
Capture d'écran d'un reportage de la chaîne américaine WTVM montrant Derek Shrout, un adolescent ayant planifié une attaque contre son école en Alabama. — 20minutes.fr

MONDE

Alabama: La police évite de justesse une nouvelle attaque contre une école

Un adolescent néo-nazi de 17 ans avait commencé à fabriquer des grenades...

Derek Shrout a failli succéder à Adam Lanza, l’auteur de la tuerie de Newtown. Cet adolescent de 17 ans, vivant en Alabama, a été arrêté par la police alors qu’il projetait une attaque contre son lycée, a rapporté lundi la chaîne locale américaine WTVM.

L’un de ses professeurs a donné l’alerte après avoir trouvé le journal intime que le jeune homme avait oublié en classe. «Le journal contient plusieurs plans qui ressemblent à des attaques terroristes potentielles contre l’école. Six élèves et un professeur y sont particulièrement nommés», a déclaré à WTVM le sheriff du comté de Russell. Les forces de l’ordre sont alors intervenues immédiatement chez Derek Shrout, fils de militaire, où ils ont découvert des explosifs, telles que des grenades, en préparation.

Un suprémaciste blanc

La police a indiqué que l’adolescent, qui fait partie d’une section junior de l’armée américaine (JROTC), se présentait comme un suprémaciste blanc désirant faire du mal aux autres élèves de son lycée. Ces derniers ont d’ailleurs raconté que son comportement avait changé ces dernières semaines

Le responsable de Derek Shrout au JROTC a expliqué à WTVM que le jeune homme faisait fréquemment le salut nazi à l’école, brandissant constamment le «white power» dans son établissement avec d’autres camarades. Selon les autorités, il était sur le point d’intégrer un groupe néo-nazi et avait appris à fabriquer des explosifs sur Internet.

Pour sa défense, Derek Shrout a indiqué que les menaces écrites dans son journal, trois jours après la tuerie de Newtown, étaient un travail de fiction et qu’il n’avait jamais eu l’intention d’attaquer son lycée. Traduit en justice lundi, il devra répondre de l’accusation de tentative d’attaque criminelle. En attendant, la caution de l’adolescent, s’élevant à 75.000 dollars (environ 57.000 euros), a été payée.