Le Japon promet la fermeté face à la Chine près d'îles disputées

Avec Reuters

— 

Le chef du gouvernement japonais, Shinzo Abe, a ordonné mardi à son ministre de la Défense de renforcer la surveillance autour des îles Senkaku/Diaoyu au coeur d'un contentieux territorial avec la Chine, rapporte l'agence de presse Kyodo. Le vice-ministre japonais des Affaires étrangères, Akitaka Saiki, a pour sa part convoqué l'ambassadeur de Chine précédemment dans la journée afin de protester contre l'«incursion» de quatre navires chinois de surveillance maritime près de cet archipel de mer de Chine orientale.

«Je veux que vous réagissiez avec fermeté», a dit Shinzo Abe, cité par Kyodo, à son ministre de la Défense, Itsunori Onodera.

«Le Japon continue d'ignorer nos avertissements»

Les navires chinois sont arrivés aux abords de l'archipel lundi vers midi et sont repartis aux premières heures de la journée de mardi, ont dit des responsables japonais. L'administration maritime de la Chine a confirmé que quatre bateaux chinois patrouillaient dans les eaux proches de ces îles, baptisées Senkaku au Japon et Diaoyu en Chine.

«Le Japon continue d'ignorer nos avertissements sur le fait que ses bateaux et ses avions violent notre souveraineté», dit Sun Shuxian, responsable des services de surveillance maritime au Parti communiste chinois, dans une interview diffusée sur le site internet de l'administration maritime.
«Cette attitude pourrait provoquer une escalade supplémentaire de la situation en mer et elle conduit la Chine à faire preuve d'une grande attention et de vigilance», ajoute-t-il.

De retour au pouvoir au Japon après la victoire en décembre des conservateurs du Parti libéral démocrate (PLD) aux élections législatives, Shinzo Abe a promis de faire preuve de fermeté à l'égard de la Chine au sujet de ce différend territorial.