Attaque de Benghazi: Un rapport du Sénat américain critique envers le département d'Etat

Avec Reuters

— 

La décision du département d'Etat de maintenir ouvert le consulat de Benghazi malgré des mesures de sécurité inadaptées et l'évidence de menaces croissantes en septembre constitue une «grave erreur», estime un rapport du Sénat américain lundi.

Le texte, mis au point par la commission sénatoriale de la Sécurité intérieure, devait apporter une évaluation des attentats qui ont coûté la vie à l'ambassadeur, Chris Stevens, et à trois ressortissants américains le 11 septembre. La commission pointe également du doigt les agences de renseignement qui ne se sont pas suffisamment concentrées sur les extrémistes libyens.

«Echec» des services de renseignement

Le département d'Etat a commis l'erreur d'attendre une mise en garde officielle au lieu d'anticiper d'éventuels incidents et de prendre des mesures préventives. Un précédent rapport établi par une commission d'enquête indépendante du département d'Etat avait conduit à la démission d'un haut responsable et de trois autres employés de cette administration.

Pour la commission sénatoriale, l'absence d'information sur la menace imminente pesant contre le consulat de Benghazi «démontre un échec» de la communauté du renseignement à surveiller des groupes terroristes n'ayant pas de liens opérationnels avec Al-Qaida ou ses groupes affiliés. «Depuis la mort d'Oussama ben Laden et avec l'affaiblissement d'Al-Qaida, de nouvelles organisations et cellules islamistes extrémistes sont apparues au cours des deux ou trois dernières années», explique le rapport parlementaire.

Renforcement de la surveillance en Libye

Le texte ajoute que ce phénomène est sensible dans les pays touchés par le «printemps arabe» en voie de transition politique ou dans les pays en proie à un conflit militaire. Le rapport recommande aux agences fédérales «d'élargir et d'approfondir leur surveillance en Libye et au-delà sur les groupes extrémistes islamistes naissants dans la région qui ne possèdent pas de liens opérationnels solides avec Al-Qaida ou ses principales organisations périphériques».

Toutefois, ni le Sénat, ni l'enquête interne au département d'Etat n'ont permis de déterminer les auteurs de l'attaque contre le consulat de Benghazi, sujet sur lequel travaille actuellement le FBI. Dimanche, Barack Obama a indiqué sur la chaîne de télévision NBC que les Etats-Unis suivaient «de très bonnes pistes» dans cette affaire.