Iles disputées au Japon: Deux navires chinois dans les eaux territoriales

avec AFP

— 

Trois navires gouvernementaux chinois sont entrés lundi dans les eaux territoriales d'îles administrées par le Japon mais revendiquées avec force par la Chine, ont annoncé les garde-côtes nippons.
Trois navires gouvernementaux chinois sont entrés lundi dans les eaux territoriales d'îles administrées par le Japon mais revendiquées avec force par la Chine, ont annoncé les garde-côtes nippons. — afp.com

Deux navires gouvernementaux chinois sont entrés lundi dans les eaux territoriales d'îles administrées par le Japon mais revendiquées avec force par la Chine, ont annoncé les garde-côtes nippons.

Ces bateaux de surveillance maritime sont entrés dans les eaux bordant les îles Senkaku, appelées Diaoyu par les Chinois, peu après 13h30 locale (4h30 GMT), et ont été repérés par un avion de patrouille des garde-côtes nippons.

Des îles achetées par le Japon en septembre

C'est la première fois depuis l'élection du conservateur Shinzo Abe au poste de Premier ministre du Japon, le 26 décembre, que des navires chinois entrent dans ces eaux en mer de Chine orientale. Des bateaux gouvernementaux chinois étaient toutefois déjà venus sur place entre la victoire des conservateurs japonais aux élections législatives, le 16 décembre, et la nomination officielle de leur chef à la tête du gouvernement.

Des navires officiels chinois, qu'ils soient de surveillance maritime ou de l'administration des pêches, croisent régulièrement dans ces eaux territoriales ou aux alentours depuis l'aggravation du conflit de souveraineté à la mi-septembre, lorsque le Japon a acheté une partie de ces îlots à leur propriétaire privé nippon.

Un avion de surveillance maritime chinois a même survolé cet archipel inhabité le 13 décembre. Le Japon avait dénoncé cette manoeuvre comme la toute première violation de son espace aérien de l'histoire par les Chinois et fait décoller des chasseurs F-15.

Des hydrocarbures dans les fonds marins

Considéré comme un «faucon» en politique étrangère, Shinzo Abe a prévenu que la souveraineté nippone sur ces îles n'était «pas négociable», tout en disant vouloir améliorer les relations avec son puissant voisin, également premier partenaire commercial du Japon. Situé à 200 km au nord-est des côtes de Taïwan, qui le revendique aussi, et 400 km à l'ouest de l'île d'Okinawa (sud du Japon), l'archipel des Senkaku occupe une position stratégique et les fonds marins environnants pourraient abriter des hydrocarbures.

La presse officielle chinoise a rapporté lundi que Pékin avait ajouté deux destroyers, dont l'un croise en mer de Chine orientale, et neuf autres navires de guerre à sa flotte de surveillance maritime.