Barack Obama parle du «mur fiscal», le 9 novembre 2012.
Barack Obama parle du «mur fiscal», le 9 novembre 2012. — K.LAMARQUE/REUTERS

ECONOMIE

Mur budgétaire: Obama tire la sonnette d'alarme

Le président américain, qui semble avoir gagné la bataille, continue de mettre la pression sur les républicains...

Attention au mur. Barack Obama a prévenu que les marchés financiers seront passablement affectés si les Etats-Unis ne parviennent pas à trouver d'accord sur la question du «mur budgétaire» avant mardi, dans un entretien accordé à la chaîne NBC.

Dans l'interview, enregistrée samedi et diffusée dimanche, Barack Obama a prié le Congrès d'agir au plus vite pour que les allègements fiscaux touchant les classes moyennes soient prorogés. Si aucun accord n'est trouvé avant mardi, le président américain proposera au plus tôt au Congrès d'adopter un texte prévoyant de réduire les impôts visant les classes moyennes, a-t-il dit à «Meet the Press».

Obama « a gagné», selon un sénateur républicain

«Mon espoir est qu'au cours des 48 prochaines heures, on reconnaisse, qu'au delà de nos différences partisanes, notre principale priorité est de faire en sorte que les taxes sur les classes moyennes n'augmentent pas. Notre économie en serait bien trop affectée, a-t-il déclaré. Nous pouvons y arriver. Démocrates et républicains disent ensemble qu'il ne faut pas que les impôts des classes moyennes soient relevés. C'est quelque chose sur lequel nous nous accordons. Si nous y parvenons, cela atténuerait les effets du mur budgétaire. Cela éviterait les pires des conséquences.»

Faute d'accord, a-t-il prévenu, les conséquences seraient importantes pour les marchés financiers, a dit le président américain. «Si on voit qu'au 1er janvier, le problème n'a pas été résolu, que nous n'avons pas réduit le déficit tel que nous aurions pu le faire si les républicains avaient accepté l'accord que je leur ai proposé, alors, évidemment, cela aura des conséquences néfastes sur les marchés», a-t-il prévenu.

Dimanche, un sénateur républicain a quant à lui estimé que les chances d'un accord a minima sur le mur budgétaire étaient extrêmement élevées. Barack Obama «a gagné», a ainsi jugé Lindsey Graham. «Je pense que personne ne veut monter sur le mur, que nous pouvons l'éviter», a-t-il déclaré sur Fox News.