Le chancelier allemand pas assez payé, estime le chef du parti social-démocrate

Avec Reuters

— 

Peer Steinbrück, qui doit mener la campagne du Parti social-démocrate allemand (SPD) en vue des élections législatives de septembre 2013, s'est fait critiquer ce dimanche par son propre camp, après avoir jugé que le poste de chancelier n'était pas assez rémunéré. «Un chancelier allemand ne gagne pas assez, si l'on tient compte de ce qu'on lui demande par rapport à d'autres emplois qui imposent bien moins de responsabilités et sont bien mieux payés», a déclaré l'ancien ministre des Finances, cité dimanche par le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Certains débats engagés par des «gardiens de la morale publique» sont grotesques et font du mal à tous ceux qui envisagent de s'engager en politique», ajoute-t-il. Dès leur publication des responsables de la gauche allemande se sont distancés de Peer Steinbrück, déjà critiqué par la droite et son propre camp pour sa participation à 89 conférences qui lui ont rapporté 1,25 million d'euros au cours des trois dernières années.

Hausse de 930 euros

«A mon avis, les responsables politiques allemands sont correctement rémunérés», a déclaré Gerhard Schröder, chancelier social-démocrate de 1998 à 2005, au magazine Bild. «Je n'avais aucun mal à vivre avec ce salaire. Et tous ceux qui trouvent que ce n'est pas assez bien payé peuvent chercher un autre travail.»

La chancelière Angela Merkel est elle-même critiquée en raison de la hausse de 930 euros de sa rémunération mensuelle de 17.106 euros, prévue en 2013, de concert avec des évolutions semblables des indemnités reçues par les membres du gouvernement et les parlementaires.

Les sondages donnent en moyenne 10% d'avance dans les intentions de vote à l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel, et à son alliée bavaroise, l'Union chrétienne-sociale (CSU), sur le SPD. L'effondrement dans les sondages du Parti libéral-démocrate (FDP), allié de la CDU, et l'excellente tenue des Verts, avec qui le SPD veut former un gouvernement, rendent cependant très incertaine l'issue du scrutin.