Natascha : «J'ai eu de mauvaises pensées»

©2006 20 minutes

— 

C'est à visage découvert que Natascha Kampusch est apparue hier soir aux téléspectateurs autrichiens. La jeune fille de 18 ans, séquestrée pendant huit ans dans un pavillon près de Vienne, a finalement choisi de se montrer, officiellement pour échapper à la pression « devenue ingérable » des paparazzis, selon ses proches.

Pendant une trentaine de minutes, la jeune fille, souvent très émue, a évoqué son enlèvement par Wolfgang Priklopil et ses longues années dans la geôle secrète, au sous-sol du pavillon. « J'ai souvent eu faim », a-t-elle affirmé. « Pendant six mois, je suis restée au sous-sol. Il y avait un ventilateur. Je ne supportais plus son bruit (...) Au bout de six mois, j'ai pu monter pour me laver. »

Le jour où elle s'est enfuie? « J'ai su que c'était le moment ou jamais. J'ai regardé, il avait le dos tourné... Mais en même temps, j'avais une crainte absurde de faire du mal à sa mère, à ses amis proches, à ses voisins (...) Je ne voulais pas que sa mère découvre cette face cachée de son fils (...) Maintenant elle a tout perdu : la foi envers le monde, envers son fils. Et son fils aussi. »

Hier soir, News, un hebdomadaire autrichien, publiait de son côté le premier entretien que Natascha a accordé à un organe de presse écrite. A propos de son ravisseur, qui s'est suicidé le soir même de son évasion il y a quinze jours, la jeune fille y affirme « préférer ne pas parler beaucoup de M. Priklopil, parce qu'il n'est plus ici pour se défendre. Ce n'est pas beau de dire du mal d'un mort, surtout vis-à-vis de sa mère. » Mais elle ajouté : « J'ai eu de mauvaises pensées aussi. Parfois j'ai rêvé de le décapiter si j'avais eu une hache. »

Luc Lemaire