Les nouvelles sanctions de l'UE contre l'Iran entrent en vigueur

Avec Reuters

— 

Adoptées en octobre, de nouvelles sanctions de l'Union européenne contre les secteurs industriel, bancaire et maritime iraniens sont entrées en vigueur ce samedi, pour obliger Téhéran à plus de transparence sur son programme nucléaire. Ce sont le splus sévères sanctions en date de l'UE: elles interdisent aux entreprises européennes de mener des transactions financières avec leurs homologues iraniennes, de leur vendre de l'acier et des matériaux de construction maritime, et de leur acheter du gaz naturel.

Ces mesures, publiées ce samedi dans le Journal officiel de l'UE, s'ajoutent à un embargo déjà existant sur le pétrole iranien. L'Iran a reconnu enrichir son uranium à 20%, affirmant ne poursuivre que des objectifs civils, mais les experts occidentaux craignent que Téhéran se rapproche ainsi des 90% nécessaires à la fabrication d'une bombe.

«Les dirigeants iraniens savent que les sanctions ont un effet significatif», a estimé ce samedi Alistair Burt, secrétaire d'Etat chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord au Foreign Office britannique. Les nouvelles sanctions de l'UE marquent un net changement de politique de la part des Vingt-Sept en imposant des restrictions sur l'ensemble du secteur, sur le modèle des Etats-Unis, alors qu'elles visaient auparavant des entreprises ou des individus en particulier, par peur de nuire aux citoyens iraniens.

Des dérogations aux sanctions entrées en vigueur ce samedi seront cependant possibles pour financer l'aide humanitaire et les achats de nourriture ou de médicaments.