Vers une levée du blocus au Liban

©2006 20 minutes

— 

L'espoir au Liban. Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a achevé hier sa tournée d'une semaine au Proche-Orient sur une note optimiste, prédisant une levée rapide du blocus aérien et maritime imposé par Israël au Liban, depuis le 13 juillet dernier. « Nous travaillons tous très dur et avec un peu de bonne volonté et de raison, nous devrions être capables de résoudre cette question dans les prochaines 48 heures », a-t-il déclaré, hier à Alexandrie en Egypte, avant de s'envoler pour Ankara en Turquie.

La résolution 1701 du Conseil de sécurité qui a mis fin au conflit prévoit la levée du blocus. Mais Israël exige au préalable le déploiement de forces internationales conséquentes au Liban pour lutter contre la contrebande d'armes destinées, selon l'Etat hébreu, au Hezbollah. D'autant plus que Hassan Nasrallah, le chef du Parti de Dieu », a réitéré hier dans la presse le refus de sa formation de se séparer de ses armes. Mais, a-t-il assuré, « nous ne les utiliserons qu'en cas de guerre d'envergure lancée contre le Liban ».

L'appel des Israéliens a cependant été entendu : la France a donné hier un accord de principe à une participation de la marine française à la surveillance des côtes libanaises, afin d'empêcher les livraisons d'armes au Hezbollah.

C. L. (avec AFP)

Un responsable de la sécurité au Liban, lié à l'enquête sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri a été blessé dans un attentat attribué à la Syrie.