Lopez Obrador se veut le défenseur des pauvres

— 

Le candidat de gauche à la présidence du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador s'est entêté dimanche à demander que la totalité des suffrages de la présidentielle du 2 juillet soient recomptés, alors que le Tribunal électoral a ordonné samedi un nouveau comptage partiel de 9% des voix.
Le candidat de gauche à la présidence du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador s'est entêté dimanche à demander que la totalité des suffrages de la présidentielle du 2 juillet soient recomptés, alors que le Tribunal électoral a ordonné samedi un nouveau comptage partiel de 9% des voix. — Luis Acosta AFP

Andres Manuel Lopez Obrador, candidat de gauche à la présidence du Mexique et ancien maire de Mexico, s'était donné pour mission de réduire les inégalités au Mexique : son slogan de campagne "D'abord les pauvres" avait séduit les plus démunis et inquiété la grande bourgeoisie mexicaine.

Surnommé «Amlo» (ses initiales) ou «el Peje» (poisson de Tabasco, son Etat d'origine), Lopez Obrador a dû faire preuve de ténacité et de combativité pour être candidat dimanche et déjouer la machination politico-judiciaire du Parti d'action nationale (PAN, droite) et du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir de 1929 à 2000) pour l'écarter de la course à la présidence.

Ce « Robin des bois » de la politique mexicaine s'insurge contre les riches qui ne paient pas d'impôts et a récemment ajouté sur cette liste le beau-frère de Felipe Calderon. A Mexico, il jouit d'une grande popularité, grâce aux programmes sociaux qu'il a mis en place depuis 2000 : aide mensuelle de 55 euros aux plus de 70 ans, aux mères célibataires et aux personnes handicapées. En arrivant à la mairie de la capitale, il a imposé une politique d'austérité budgétaire. Fini les 4x4 flambant neuf, les salaires et notes de frais astronomiques, et il a divisé son salaire par deux. Veuf et père de trois garçons, il vit dans un appartement modeste, utilise la voiture de Monsieur tout le monde et n'a pas la folie des grandeurs.

Contrairement à ses deux adversaires issus de l'élite politique, le candidat de la gauche mexicaine est né dans une famille de petits commerçants de l'Etat de Tabasco (est). Lopez Obrador a d'abord milité pour les droits des indiens Chontales et participé à des occupations d'installations pétrolières. Après avoir commencé sa carrière politique dans les rangs du PRI, il rejoint le PRD à la fin des années 1980. En 1994, il tente sa chance comme gouverneur de Tabasco. Il perd au terme d'un scrutin douteux devant Roberto Madrazo, du PRI, également candidat à la présidence dimanche. Après avoir été le président de son parti, le PRD, de 1996 à 1999, il est élu en 2000 maire de Mexico.