Ankara s'attend à un pas de Paris vers son adhésion à l'UE

Avec Reuters
— 

La Turquie espère que la France lèvera  son veto sur deux chapitres concernant l'adhésion à l'Union européenne  d'Ankara dans les prochains mois avant une visite de François Hollande, a  déclaré mardi le ministre turc des Affaires européennes.

«Je crois que M. Hollande s'efforce d'arrêter son calendrier des  deux prochains mois et que ses projets incluent une visite en Turquie.  Nous espérons qu'avant son arrivée, il nous annoncera la bonne nouvelle  du déblocage d'au moins deux des chapitres» que chaque État candidat  doit remplir, a déclaré Egeman Bagis. Selon lui, Paris a dit «envisager» l'ouverture de ces chapitres qui,  espère-t-il, concerneront les politiques financière et régionale.

Une condition réunie sur 35

La Turquie a entamé des discussions avec l'UE en 2005 mais n'a  complété qu'un des 35 «chapitres» qu'elle se doit de remplir pour  rejoindre le bloc communautaire. Seulement 13 d'entre eux ne sont pas  bloqués par la France, Chypre ou la Commission européenne.

Le président français a déclaré que l'adhésion de la Turquie à  l'Union européenne devrait se décider sur des critères politiques et  économiques, une position qui contraste avec celle adoptée par Nicolas  Sarkozy lorsqu'il était à la tête de l'État, considérant que la Turquie  ne faisait pas partie de l'Europe. Les discussions sur l'entrée de la Turquie dans l'UE sont au point  mort en raison de la question de Chypre, qu'Ankara ne reconnaît pas, et  sont bloquées par la Commission européenne qui considère que la Turquie  n'est pas prête sur le plan du respect des droits de l'homme et de la  liberté d'expression et de culte.