Inde: L'ambitieux Narendra Modi

INDE Les élections pourraient porter un nationaliste à la tête du Gujarat...

Armelle Lle Goff (avec Agences)

— 

C'est une élection qui pourrait le porter très loin. Narendra Modi devrait sans difficulté être réélu à la tête du Gujarat, Etat qu'il dirige depuis 2001, à l'issue des élections législatives qui se sont tenues lundi. Mais si sa victoire est nette, sa réélection pourrait lui permettre de briguer d'autres fonctions à l'échelle fédérale. Elu du Parti du peuple indien, Bharatiya Janata Party (BJP), il aurait en effet l'ambition de succéder à l'actuel Premier ministre, Manmohan Singh.

Un nationaliste ambitieux

Son ambition n'est pas sans provoquer l'inquiétude. Notamment parmi les Indiens de confession musulmane et les militants laïcs. Ils accusent Narendra Modi d'avoir fermé les yeux sur les violences religieuses de février 2002, qui ont fait 2.000 morts, à Ahmedabad, la capitale de l'Etat, principalement parmi les musulmans.

Ce qui continue à poser question concernant Narendra Modi, c'est l'absence de réactions de la police et des pouvoirs publics lorsque les hindous ont pris les armes contre les musulmans – un phénomène récurrent dans cet Etat frontalier du Pakistan, dont la création en 1947 a été provoquée par les violences confessionnelles. Pour l'instant, aucune des poursuites entamées à son encontre n'a abouti. Et en dépit de ces zones d'ombre, Narendra Modi est hyper populaire au sein de la majorité hindoue de son état [plus de 80% de la population].

Il peut aussi se prévaloir des excellentes performances économiques du Gujarat, qui affiche un taux de croissance compris entre 8 et 10%. Si bien qu'après dix ans de boycott, les diplomates européens acceptent à nouveau de recevoir cet homme que toutes les photos montrent habillé de safran, la couleur des nationalistes hindous. «C'est une élection très paisible», s'est félicité lundi Narendra Modi. Pleine de promesses surtout.