Les médecins satisfaits de l'état de santé de Nelson Mandela

© 2012 AFP

— 

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, hospitalisé depuis samedi à Pretoria pour une infection pulmonaire, "fait des progrès" selon ses médecins, qui n'indiquent cependant pas quand il pourra quitter l'hôpital.
L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, hospitalisé depuis samedi à Pretoria pour une infection pulmonaire, "fait des progrès" selon ses médecins, qui n'indiquent cependant pas quand il pourra quitter l'hôpital. — Siphiwe Sibeko POOL

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, hospitalisé depuis samedi à Pretoria pour une infection pulmonaire, «fait des progrès» selon ses médecins, qui n'indiquent cependant pas quand il pourra quitter l'hôpital.

La présidence sud-africaine avait indiqué mardi que les examens médicaux du héros national -affectueusement appelé «Madiba» par les Sud-Africains en référence à son nom de clan xhosa- avaient révélé la réapparition d'une ancienne infection pulmonaire.

Aussi bien que possible

Nelson Mandela avait déjà été hospitalisé en janvier 2011 pour une infection de même nature, probablement liée aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de captivité dans les geôles du régime raciste de l'apartheid.

A la question de savoir quand le premier président noir qu'a connu l'Afrique du Sud pourrait rentrer chez lui, Mac Maharaj a botté en touche. Les nouvelles concernant Mandela, une des personnalités parmi les plus respectées au monde, ne sont pas nombreuses, mais les sources officielles répètent depuis qu'il a été hospitalisé que Nelson Mandela va aussi bien que possible.

Ni le gouvernement, ni l'ANC, le parti au pouvoir qui doit tenir son congrès à partir de dimanche, n'ont modifié leurs agendas.

Les médias du pays suivent de près les informations sur l'état de santé de Nelson Mandela, considéré par l'immense majorité de ses compatriotes comme une icône de la réconciliation pour avoir négocié avec le pouvoir blanc la fin de l'apartheid et l'instauration d'une démocratie multiraciale en 1994.