L'évasion fiscale, sport national au Parlement pakistanais?

Reuters

— 

Près de 70% des parlementaires n'ont pas rempli de déclaration d'impôt en 2011 au Pakistan, révèle une étude d'un groupe d'investigation journalistique dans un pays qui dépend en grande partie des subsides de bailleurs de fonds occidentaux.

Cette conclusion provient du Centre pour un journalisme d'investigation au Pakistan (CIJP), une ONG qui a épluché pendant douze mois les dossiers fiscaux de 446 élus et ministres. A leur décharge, la rémunération brute des parlementaires fait l'objet d'un prélèvement automatique d'environ 25 dollars par mois. Mais ces élus ont presque tous un deuxième emploi rémunéré.

Aucun élu n'a, ces 25 dernières années, été reconnu coupable d'évasion fiscale et rares sont les Pakistanais qui estiment honteux de ne pas faire son devoir fiscal. Les services de recouvrement des impôts sont si inexistants dans ce pays que payer son tribut fiscal relève pratiquement du volontariat, aux dires d'un responsable du fisc. On estime à un pour cent la proportion de Pakistanais qui remplissent une déclaration d'impôt.