L'armée égyptienne diffère son dialogue sur l'unité nationale

Reuters

— 

Le «dialogue sur l'unité nationale», prévu ce mercredi en Egypte et demandé la veille par l'état-major, est reporté en raison du manque de réponses des personnalités invitées, a annoncé un porte-parole de l'armée. Les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, et la principale coalition d'opposition, le Front de salut national (FSN) avaient pourtant annoncé leur participation à la réunion, demandée mardi par le ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée égyptienne, le général Abdel Fattah al Sissi.

L'armée n'a pas indiqué de nouvelle date pour la tenue du dialogue, qui ne devait pas aborder le sujet polémique du référendum prévu en deux temps, les 15 et 22 décembre, sur un projet de nouvelle constitution dont l'opposition ne veut pas. L'opposant Amr Moussa, ancien secrétaire général de la Ligue arabe, a annoncé que le FSN appellerait à voter "non" lors du scrutin, contre un texte jugé trop islamisé, et renonçait donc à le boycotter.