Vladimir Poutine prône un renouveau démographique de la Russie

Reuters

— 

La Russie doit renouer avec la croissance démographique et développer ses valeurs patriotiques et spirituelles au risque de perdre son âme et de dépérir, a dit ce mercredi Vladimir Poutine.

Lors de son premier message sur l'état de la Fédération depuis son retour au Kremlin, le président russe a souligné la nécessité de lutter contre la corruption et d'améliorer les services publics comme l'enseignement, tout en dissertant sur l'âme et l'identité russes.

Mises en garde rituelles

Le maître du Kremlin, qui a entamé en mai un nouveau mandat de six ans à la tête du pays, s'est aussi livré à l'une de ses mises en garde rituelles à l'égard des Occidentaux et de ses propres adversaires politiques. Il a ainsi qualifié d'inacceptable toute ingérence étrangère dans la politique russe et enjoint aux responsables politiques de refuser tout financement venant de l'étranger.

Dans son discours aux parlementaires prononcé sous les lambris dorés de la salle des fêtes du Kremlin, Vladimir Poutine a laissé entendre que la plus grande menace pesant sur la Russie était son déclin démographique actuel.

D'après la Banque mondiale, la population russe est passée de 148,7 millions d'habitants en 1992, soit un an après la désintégration de l'Union soviétique, à 141,9 millions en 2011. «Si la nation n'est pas capable de se perpétuer, si elle perd ses repères vitaux et ses idéaux, elle n'aura pas besoin d'ennemis étrangers - elle s'effondrera toute seule», a prévenu le président russe. «Nous devons être plus nombreux et meilleurs si la Russie veut préserver sa souveraineté et sa force».

Appel à l'harmonie

Il a réitéré ses avertissements contre les extrémismes et a appelé à l'harmonie entre les groupes ethniques, soulignant que malgré la diversité du pays, «nous sommes un seul peuple, le peuple russe». «Il nous faut non seulement préserver mais développer notre identité nationale et notre âme. Nous ne devons pas nous perdre en tant que nation - il nous faut être et rester la Russie!»

Le patriarche Cyrille, primat de l'Eglise orthodoxe russe et soutien affirmé du chef de l'Etat, a assisté au premier rang des invités officiels au discours de Vladimir Poutine, qui a duré 80 minutes et était retransmis à la télévision.
L'orateur en a profité pour déclarer qu'il fallait «soutenir les institutions qui portent haut les valeurs traditionnelles».

«Il est pénible pour moi de le dire mais c'est mon rôle : la société russe contemporaine connaît un manque évident de liens spirituels. «La miséricorde, la compassion et le soutien aux autres - tout ce qui manque aujourd'hui et qui nous a toujours rendu plus forts et dont nous sommes si fiers».