TPIY: Un bras droit de Ratko Mladic jugé à La Haye

© 2012 AFP

— 

La réclusion à perpétuité a été requise mardi contre l'ancien général serbe bosniaque Zdravko Tolimir, jugé notamment pour génocide pour son rôle dans le massacre de Srebrenica en 1995 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.
La réclusion à perpétuité a été requise mardi contre l'ancien général serbe bosniaque Zdravko Tolimir, jugé notamment pour génocide pour son rôle dans le massacre de Srebrenica en 1995 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. — Bas Czerwinski afp.com

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) prononce ce mercredi son jugement dans le procès de l'un des anciens bras droit de Ratko Mladic, le général Zdravko Tolimir, accusé notamment d'avoir planifié le massacre de Srebrenica. La réclusion à perpétuité avait été requise contre le général, 64 ans, jugé pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre de Bosnie, entre 1992 et 1995, au cours de laquelle 100.000 personnes sont décédées.

Le juge allemand Christoph Flugge prononcera le jugement contre Zdravko Tolimir, et en cas de culpabilité, sa condamnation peu après le début de l'audience vers 15h à La Haye, où est basé le TPIY. Zdravko Tolimir est notamment accusé d'avoir préparé et organisé le massacre de Srebrenica, où près de 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été tués, le pire massacre commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Il assure ne pas «avoir donné d'ordres lors des combats»

Selon l'accusation, après la chute des enclaves de Srebrenica et de Zepa, quelque 25.000 femmes, enfants et personnes âgées avaient été transférés de force vers des territoires contrôlés par les Musulmans de Bosnie. Les hommes et les garçons en âge de porter des armes, militaires ou civils, avaient eux été exécutés et jetés dans des fosses communes.

Le général est «l'incarnation» de ces massacres, avait assuré le bureau du procureur lors des plaidoiries, affirmant qu'en tant que chef des renseignements et de la sécurité au sein des forces militaires des Serbes de Bosnie, Zdravko Tolimir était forcément au courant de ce qu'il se passait. Le général serbe bosnien, arrêté en Bosnie-Herzégovine le 31 mai 2007, a plaidé non coupable. Son procès s'était ouvert, après plusieurs reports en raison du mauvais état de santé de l'accusé, le 26 février 2010.

Se défendant seul, Zravko Tolimir a assuré lors de sa plaidoirie ne pas «avoir donné d'ordres lors des combats» et ne pas avoir été présent à Srebrenica, assurant que l'attaque de juillet 1995 avait pour but de combattre «des groupes terroristes armés» et non la population civile. Zdravko Tolimir est le plus haut gradé à entendre le jugement du TPIY contre lui depuis que les juges ont acquitté deux généraux croates, dont Ante Gotovina, et l'ancien Premier ministre kosovar Ramush Haradinaj, ce qui a provoqué l'ire de Belgrade.