Affaire McAfee: Un meurtre + un milliardaire excentrique et paranoïaque = Une cavale rocambolesque

DECRYPTAGE Le fondateur de la célèbre société de sécurité informatique éponyme, John McAfee, a joué au chat et à la souris pendant trois semaines avec les autorités du Belize, après le meurtre de son voisin, Gregory Faull...

Bérénice Dubuc

— 

L'ex-informaticien John McAfee, qui avait créé l'antivirus du même nom.
L'ex-informaticien John McAfee, qui avait créé l'antivirus du même nom. — SAN PEDRO SUN

Que s’est-il passé le 10 novembre sur l'île d'Ambergris Caye, au large du Belize?

Ce soir-là, Gregory Viant Faull, un ressortissant américain de 52 ans, est tué par balle chez lui à San Pedro, sur l'île d'Ambergris Caye, au large du Belize. Il est retrouvé mort dans la piscine de son domicile, où aucun signe d'effraction n’est constaté par les enquêteurs. Cependant, son téléphone et son ordinateur portable ont disparu. Le 12 novembre, le site Gizmodo indique que John McAfee est le suspect numéro un dans cette affaire de meurtre et qu’il a pris la fuite.

Qui est John McAfee?

John McAfee est un Américain âgé de 67 ans. Il est le fondateur de la célèbre société de sécurité informatique éponyme, connue pour ses logiciels antivirus et pare-feux. Il a revendu la société qui a fait sa fortune dans la Silicon Valley pour plusieurs dizaines de millions de dollars en 1994. Après avoir perdu une grande partie de sa fortune dans de mauvais investissements -elle est passée de 100 millions de dollars (77 millions d'euros) à seulement 4 millions en 2009 (3 millions d'euros), estime le New York Times- il a pris sa retraite au Belize en 2009, petit pays d’Amérique centrale où il suit un mode de vie particulier entre drogues, (très) jeunes femmes, tatouages et gardes du corps agressifs.

Au printemps dernier, la police a perquisitionné sa résidence à la recherche d'armes et de drogue et l’a placé en garde à vue, le soupçonnant de fabriquer de la méthamphétamine. Le milliardaire serait en effet devenu accro au MDPV («bath salts») et en aurait produit pour sa consommation personnelle. Certains de ses voisins, dont Gregory Faull, se sont plaints de ce voisin aux mœurs particulières.

Faull aurait ainsi déposé une plainte officielle contre McAfee, affirmant que ce dernier avait tiré avec des armes à feu non loin de chez lui et qu’il serait devenu étrange. Quelques jours avant le meurtre de son voisin, John McAfee se serait disputé avec lui au sujet de ses chiens, trop bruyants selon Faull. La veille du meurtre de Faull, tous les chiens auraient été empoisonnés. De ce fait, les policiers du Belize souhaitent entendre McAfee à propos du meurtre de Gregory Faull, mais il n'est pas considéré comme le suspect n°1 dans cette affaire.

Pourquoi le milliardaire s’est-il enfui?

John McAfee se dit innocent de ce meurtre, et a déclaré au magazine américain Wired qu'il était inquiet parce que les tueurs de son voisin étaient à sa recherche.«J'ai pensé que les tueurs venaient peut-être pour moi et qu'ils l'ont confondu avec moi. Ça m'a fait peur», a-t-il expliqué. Il se dit également victime de persécutions au Belize, en lien avec le financement d'activités politiques. «Vous pouvez dire que je suis paranoïaque à ce sujet, mais ils veulent me tuer, c'est sûr. Ils essayent de m'avoir depuis des mois. Ils veulent me contraindre au silence. Je ne suis pas trop aimé par le Premier ministre. Sous aucun prétexte je n'irais parler de mon plein gré à la police de ce pays», poursuit-il. Après sa garde à vue au printemps, McAfee avait affirmé qu'il avait été arrêté parce qu'il refusait de faire une donation à un politicien local.

Quant aux chiens empoisonnés, McAfee estime que «jamais» son voisin n'aurait fait de mal à des animaux, et accuse encore la police, affirmant avoir vu un commando débarquer sur l'île 30 minutes avant de retrouver ses chiens morts. Une menace dans le but de lui faire quitter le pays. Ce que la police dément. Le Premier ministre du Belize, Dean Barrow, a publiquement jugé John McAfee «fou» et «paranoïaque». Ce dernier est passé à la clandestinité mi-novembre, multipliant les fausses pistes. Sur son blog, il se dit innocent et promet une prime de 25.000 dollars à quiconque pourra le prouver en démasquant le vrai coupable du meurtre.

Où s’est-il caché?

Pendant trois semaines, McAfee a multiplié les fausses pistes sur son blog, affirmant par exemple se trouver à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, et avoir envoyé au Mexique un «sosie» muni d'un passeport nord-coréen à son nom, destiné à tromper les autorités. Il a ensuite trouvé refuge au Guatemala, où il a demandé l'asile politique. «J’ai choisi le Guatemala parce que c’est un pays à la frontière du Belize, c’est un pays qui comprend la corruption et le plus important de tout ça: l’ancien procureur général du pays est l’oncle de Samantha» (sa petite amie), a-t-il indiqué à l’agence Reuters.

Comment -a-t-il été retrouvé?

Depuis le début de sa cavale, John McAfee a entretenu l’attention des médias, acceptant plusieurs  interviews –pour CNBC, CNN, ABC, le site Wired et par les agences Reuters et Associated Press. Il a également été suivi plusieurs jours par des journalistes du magazine Vice. Le 3 décembre, le rédacteur en chef adjoint de Vice se trouve avec McAfee à Guatemala City, et publie une photo, prise d’un Iphone 4s. Mais la géolocalisation du smartphone était activée, et indiquait l’endroit exact d’où elle avait été prise -«au Guatemala, plus précisément au bord du Rio Dulce dans le Parque Nacional Rio Dulce. Près du restaurant Ranchon Mary. A côté d’une piscine», rapporte Wired.

Et maintenant?

John McAfee a été arrêté mercredi au Guatemala. Il a été placé en rétention mercredi soir dans les locaux des services de l'Immigration de la ville de Guatemala pour entrée irrégulière dans le pays. Jeudi, il a été hospitalisé quelques heures pour des «problèmes cardiaques» avant de retourner en détention, dans l'attente de son extradition vers le Belize, après que le gouvernement du Guatemala lui a refusé l'asile politique.

D'après son avocat, il a été victime de deux crises cardiaques mineures, alors que le Dr Oscar Gonzalez, de l'hôpital de la Police nationale civile a indiqué que l’Américain souffrait «de signes d'anxiété et d'hypertension artérielle». Sur son blog, l'Américain avait annoncé qu'il avait demandé à l'ambassade américaine d'être extradé vers les Etats-Unis et non vers le Belize. Selon lui, celle-ci lui aurait répondu qu'elle ne pouvait intervenir sur le dossier.