John McAfee détenu au Guatemala pour entrée irrégulière dans le pays

ENQUETE Recherché par le gouvernement de Belize pour être interrogé dans une affaire de meurtre, l'ex-patron de la firme antivirus éponyme venait de demander l'asile politique au Guatemala...

© 2012 AFP

— 

John McAfee, fondateur et ex-patron américain de la société éponyme de sécurité informatique recherché par le Belize dans le cadre d'une enquête sur un meurtre, a été arrêté mercredi par la police guatémaltèque en raison de son entrée irrégulière dans le pays où il venait de solliciter l'asile politique, selon la police.
John McAfee, fondateur et ex-patron américain de la société éponyme de sécurité informatique recherché par le Belize dans le cadre d'une enquête sur un meurtre, a été arrêté mercredi par la police guatémaltèque en raison de son entrée irrégulière dans le pays où il venait de solliciter l'asile politique, selon la police. — Police guatémaltèque/AFP afp.com

John McAfee, fondateur et ex-patron américain de la société éponyme de sécurité informatique recherché par le Belize dans le cadre d'une enquête sur un meurtre, a été arrêté mercredi par la police guatémaltèque en raison de son entrée irrégulière dans le pays où il venait de solliciter l'asile politique, selon la police.

John McAfee est arrivé lundi au Guatemala pour demander l'asile politique, car il se considérait comme victime de persécutions politiques au Belize, pays où il réside depuis 2009 et où les autorités le recherchent pour obtenir sa version concernant le récent assassinat d'un voisin. Selon le porte-parole de la police guatémaltèque, John McAfee pourrait être expulsé vers le Belize, ou encore être rapatrié aux Etats-Unis.

En attente d'expulsion

«Nous tenons pour entendu qu'il a sa résidence permanente au Belize», a déclaré un porte-parole de la police, Pablo Castillo, ce qui pourrait entraîner qu'il soit «expulsé vers ce pays dans les prochaines heures». «Des agents de la Police nationale civile ont conduit John David McAfee devant les autorités de l'Immigration. Il est entré irrégulièrement dans notre pays et il a été mis à la disposition des autorités de l'Immigration pour décider s'il sera ou non expulsé vers son pays d'origine»

L'avocat de McAfee a confirmé l'arrestation de son client qui s'est produite quelques heures après le dépôt officiel de sa demande d'asile politique au ministère guatémaltèque des Affaires étrangères. Il justifiait sa requête en affirmant qu'il était victime de persécutions au Belize. «Il n'y a aucun ordre écrit, tout s'est fait verbalement» a déploré l'avocat, Me Telésforo Guerra, dénonçant une décision «arbitraire». L'avocat a ajouté que son client et lui solliciteraient un recours devant la Cour suprême de justice, considérant que John McAfee courait un danger.

Live-blogging

Durant sa cavale, McAfee s'est épanché sur son blog, avec trois billets publiés entre mardi et mercredi, où il annonçait une conférence de presse qui doit se tenir ce jeudi à 14h (21h en France). Et, malgré son emprisonnement, il continue son live-blogging. Dans son dernier post, il juge que les prisons guatémaltèques sont «bien supérieures aux prison du Belize», et explique qu'il a «demandé un ordinateur et qu'un est magiquement apparu». Il dit encore qu'il «serait vraiment choqué» si la conférence de presse prévue ce jeudi ne se tenait pas.

John McAfee, 67 ans, est arrivé au Guatemala accompagné de sa jeune compagne, Sam Vanegas, 20 ans. La police guatémaltèque n'a signifié aucune accusation contre lui, qui clame son innocence pour le crime dont il est soupçonné au Belize. John McAfee était recherché depuis trois semaines par les autorités du Belize, qui souhaitent obtenir son témoignage dans l'enquête sur le meurtre de Gregory Faull, retrouvé mort dans la piscine de son domicile sur l'île d'Ambergris Caye, au large du Belize, dans la mer des Caraïbes.