Philippines: Le typhon Bopha a fait plus de 270 morts

INTEMPERIES Ce bilan provisoire devrait s'alourdir à mesure que les secours dégageront les accès aux régions isolées du sud de l'archipel philippin...

B.D. avec agences

— 

"Nous avons un besoin urgent dans ces zones de housses mortuaires, de médicaments, de vêtements secs et surtout de tentes, parce que les survivants vivent dehors depuis que le typhon a emporté leurs maisons ou leurs toits", a déclaré la ministre des affaires sociales Corazon Soliman.
"Nous avons un besoin urgent dans ces zones de housses mortuaires, de médicaments, de vêtements secs et surtout de tentes, parce que les survivants vivent dehors depuis que le typhon a emporté leurs maisons ou leurs toits", a déclaré la ministre des affaires sociales Corazon Soliman. — afp.com

Le typhon Bopha, l'un des plus violents de l'année aux Philippines, a fait plus de 270 morts lors de son passage mardi sur l'île de Mindanao à la pointe sud du pays, selon un nouveau bilan annoncé ce mercredi par le gouvernement. Bopha a touché terre mardi à l'aube par l'est de Mindanao, avec des vents atteignant 210 km/h et de fortes pluies, emportant arbres et habitations, gonflant les cours d'eau et provoquant inondations, coulées de boue et glissements de terrain.

Une coulée de boue a fait 70 morts à New Bataan et 51 personnes ont péri dans diverses localités de l'est de l'île de Mindanao, a annoncé le lieutenant-colonel Lyndon Paniza, commandant militaire de la région sud. Dans la vallée de Compostela, un des secteurs les plus touchés, au moins 151 personnes ont été tuées, a déclaré à l'Associated Press un porte-parole du gouvernement, Fe Maestre. Cette ville de 45.000 habitants a subi de très importants dégâts matériels: habitations effondrées, arbres déracinés par la violence des vents. 

Des habitants sont également portés disparus, mais «il est difficile de savoir combien. Nous cherchons partout», a ajouté Fe Maestre. 

Risque d'apparition de maladies

Dans la province voisine du Davao oriental, 115 personnes au moins ont été tuées, selon un bilan provisoire, et 98 autres sont portées disparues, d'après un porte-parole militaire. Douze autres personnes ont été tuées dans d'autres provinces méridionales, ainsi que trois habitants des îles Visayas, ont indiqué des responsables régionaux de la sécurité civile.

«Nous avons un besoin urgent dans ces zones de housses mortuaires, de médicaments, de vêtements secs et surtout de tentes, parce que les survivants vivent dehors depuis que le typhon a emporté leurs maisons ou leurs toits», a déclaré la ministre des affaires sociales Corazon Soliman. «Les corps sont laissés tels quels sur le sol à l'extérieur à New Bataan et nous ne voulons pas risquer l'apparition de maladies.» Les autorités ont prévenu que le coût humain des intempéries s'aggraverait à mesure que les secours dégageraient les accès aux régions isolées du sud de l'archipel philippin.

De nombreux foyers ont été privés d'électricité et plus de 170.000 personnes, au total, ont dû être évacuées. Le typhon s'éloignait mercredi après-midi en Mer de Chine, après avoir survolé la province de Palawan, à l'ouest de Mindanao. L'armée était à pied d'oeuvre mercredi matin à New Bataan, avec l'appui d'hélicoptères et d'engins lourds, pour déblayer les monceaux d'arbres, de terre et de pierre charriés par les eaux qui ont tout emporté sur leur passage.

Communes isolées

L'étroite passe permettant d'accéder à cette ville de petite montagne a été rendue impraticable par la chute d'arbres et de rochers, a déclaré le major général Ariel Bernardo, commandant de la 10ème division d'infanterie basée à Mindanao. «Nous espérons pouvoir faire décoller nos hélicoptères pour des missions de reconnaissance, de recherche et de sauvetage», a-t-il dit. De nombreux habitants de Mindanao, une île d'ordinaire épargnée par les typhons et dont une grande partie de la population est musulmane, étaient encore privés d'électricité mercredi et coupés du monde.

«Trois communes côtières restent isolées», selon Corazon Malanyaon, gouverneur du Davao Oriental. «Les routes menant à ces villes sont encombrées d'arbres et de débris, et le pont qui en permet l'accès s'est effondré», a-t-elle ajouté. Selon ses informations, «95% des bâtiments du centre-ville (de Cateel) ont perdu leur toiture, y compris les hôpitaux» et 16 personnes y ont trouvé la mort.

Plus de 56.000 personnes ont quitté leur domicile en bord de mer, le long de cours d'eau exposés aux crues et dans des zones susceptibles de connaître des glissements de terrain, et ont trouvé refuge dans un millier d'abris publics, souvent des écoles ou des églises. Les Philippines subissent une vingtaine de tempêtes ou typhons majeurs chaque année, survenant pour la plupart pendant la saison des pluies entre juin et octobre. Bopha est le 16e cette année. En 2011, 29 typhons avaient causé la mort de 1.500 personnes, dont 1.200 à Mindanao après le passage de la tempête tropicale Washi.