Syrie: Neuf élèves tués par un tir de mortier

Sipa

— 

Selon l'agence de presse officielle syrienne Sana, dix et non 30 personnes, comme elle l'avait annoncé précédemment, ont été tués mardi par un tir de mortier qui a atteint l'école Al-Batiha, dans le camp d'Al-Wafideen, à environ 25km au nord-est de la capitale Damas. Il s'agit de neuf élèves de 3e et d'un professeur.

«C'est une attaque terroriste contre les institutions éducatives et les élèves», a déclaré Hassan Mohsen, le directeur de l'éducation de Quneitra, à l'agence Associated Press. «Terroriste» est le terme utilisé pour désigner les combattants hostiles au président Bachar el-Assad.

Le camp d'Al-Wafideen accueille 25.000 déplacés du Plateau du Golan depuis la guerre des Six-Jours de 1967 avec Israël.

Les combats entre forces syriennes et insurgés se poursuivaient mardi dans la banlieue sud de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Celui-ci a par ailleurs déclaré que trois tueries avaient fait une douzaine de morts chacune la veille.

D'après l'OSDH, qui dispose d'un réseau de militants sur le terrain, les affrontements se déroulaient mardi dans les secteurs de Beit Saham, Akraba et Yalda, et près de l'aéroport international de la capitale. Les combats des dernières semaines à Damas et dans ses banlieues sont les plus violents depuis le mois de juillet, quand les rebelles avaient pris le contrôle de plusieurs quartiers avant d'en être chassés lors d'une contre-offensive des forces gouvernementales.

La nouvelle flambée de violence se concentre surtout dans les banlieues pauvres des environs de Damas, mais déborde souvent dans la capitale, alors que les insurgés tentent de resserrer l'étau sur le pouvoir de Bachar el-Assad. Les forces gouvernementales ont jusqu'à présent repoussé les principales offensives de l'insurrection, qui ont cependant repris du terrain autour de Damas.