Heurts au Caire, le président Morsi a quitté le palais présidentiel

Avec Reuters

— 

Mohamed Morsi a quitté mardi le palais présidentiel du Caire, près duquel la police affrontait des manifestants participant à une nouvelle journée de mobilisation contre le président égyptien accusé de dérive autoritaire.

>> «La mobilisation de ce mardi ne fera pas plier Morsi»: Une interview à lire par ici

«Le président a quitté le palais», a dit à Reuters une source proche de la présidence. L'information a été confirmée par une autre source proche des services de sécurité de la présidence.

Selon les images de la télévision égyptienne, des manifestants, qui disaient vouloir adresser une «dernière mise en garde» à Morsi, ont apparemment réussi à forcer des cordons de sécurité près du palais et sont arrivés devant le bâtiment. «Le peuple veut la chute du régime», «Dégage, dégage!», scandaient les protestataires, dont certains agitaient des drapeaux égyptiens portant l'inscription «Non à la constitution».

Huit manifestants blessés

Huit manifestants ont été blessés dans les affrontements, a-t-on appris de source proche des forces de sécurité. Des militants ont attaqué un véhicule blindé de la police et frappé son conducteur, tandis que des forces de sécurité se massaient à l'intérieur du palais présidentiel. Quelques centaines de manifestants se sont par ailleurs réunis près du domicile du chef de l'Etat, situé dans une banlieue ouest du Caire, où ils ont scandé des slogans hostiles au décret du 22 novembre et aux Frères musulmans. D'autres se sont rassemblés près de deux mosquées dans le nord de la ville avant de se diriger vers le palais présidentiel.

Le chef de l'Etat, issu des Frères musulmans, est confronté à une vague de contestation grandissante depuis la publication le 22 novembre d'un décret qui empêche toute contestation des décisions présidentielles dans l'attente de l'élection d'un nouveau parlement. Le président a par ailleurs ratifié samedi le projet controversé d'une nouvelle constitution approuvé par l'Assemblée constituante dominée par les islamistes et a annoncé la tenue d'un référendum sur le texte le 15 décembre prochain.