Etats-Unis: Le «mur budgétaire» divise les élus républicains

Avec Reuters

— 

Des divisions sont apparues mardi parmi les élus républicains du Congrès des Etats-Unis à propos des compromis à négocier avec la présidence démocrate de Barack Obama face à la menace d'un «mur budgétaire».

Les chefs de file républicains de la Chambre des représentants, dont son président John Boehner, ont soumis lundi un projet de réduction des dépenses de 2.200 milliards de dollars sur dix ans, dont une réforme fiscale qui permettrait de générer 800 milliards de dollars. «Les hausses d'impôts de 800 milliards de dollars du président Boehner vont détruire des emplois américains et permettre aux politiciens de Washington de dépenser encore plus d'argent», a attaqué Jim DeMint, sénateur républicain de Caroline du Sud.

31 décembre dernier délai

Dans le même temps, Tim Huelskamp et Justin Amash, deux élus républicains proches du Tea Party, mouvement favorable à une réduction drastique de la fiscalité, ont été retirés par leur propre parti de la puissante Commission du budget de la Chambre des représentants. Barack Obama déclare de son côté que la proposition budgétaire de John Boehner est «encore déséquilibrée», et insiste: il ne sera pas possible de trouver un accord sans augmentations d'impôts pour les plus riches.

Démocrates et républicains ont jusqu'au 31 décembre pour se mettre d'accord sur les moyens de réduire le déficit des finances publiques. Faute d'accord entre la Maison blanche et le Congrès, dès le 2 janvier, l'ensemble des allègements fiscaux décidés sous George Bush et reconduits sous Barack Obama disparaîtront tandis que les dépenses publiques seront automatiquement réduites conformément à l'accord sur le relèvement du plafond de la dette négocié à l'été 2011.