Deux morts dans des heurts sunnites-alaouites à Tripoli au Liban

Avec Reuters

— 

Des affrontements entre sunnites et alaouites ont fait deux morts et 12 blessés mardi au Liban dans la ville de Tripoli, ont rapporté des témoins. L'armée libanaise a coupé en fin de journée toutes les routes menant au secteur des affrontements.

La composition démographique de Tripoli, ville portuaire à majorité sunnite avec une petite minorité alaouite, en fait une poudrière reflétant le conflit syrien voisin, qui oppose essentiellement des insurgés sunnites à la minorité alaouite, branche du chiisme dont est issu le président Bachar al-Assad. Mardi matin, les affrontements ont éclaté quand des sunnites se sont approchés de commerces alaouites. Dans la nuit, des grenades RPG avaient été tirées du quartier sunnite de Ban al Tabbaneh et de la zone à majorité alaouite de Djabal Mohsen, selon des habitants.

Dans l'après-midi, les deux camps ont de nouveau échangé des tirs de RPG de part et d'autre de la rue de la Syrie, grande artère de la ville où les combats sporadiques de ces derniers mois se sont concentrés. Les tensions se sont aggravées à Tripoli depuis la mort en Syrie de 14 Libanais et Palestiniens du nord du Liban qui avaient, semble-t-il, rejoint la rébellion contre Assad. Ils sont morts dans une embuscade tendue par l'armée syrienne près de la ville de Tel Kalakh, dans la province de Homs, qui jouxte la région de Tripoli.