Syrie: le recours à l'arme chimique entraînerait une réaction "immédiate"

© 2012 AFP

— 

L'Otan s'apprêtait mardi à donner son feu vert au déploiement de missiles Patriot pour protéger la Turquie d'éventuelles attaques venues de Syrie, alors que les inquiétudes grandissent sur les risques d'un recours aux armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad.
L'Otan s'apprêtait mardi à donner son feu vert au déploiement de missiles Patriot pour protéger la Turquie d'éventuelles attaques venues de Syrie, alors que les inquiétudes grandissent sur les risques d'un recours aux armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad. — Javier Manzano afp.com

L'utilisation d'armes chimiques par la Syrie entraînerait une "réaction immédiate" de la communauté internationale, a déclaré mardi le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.

Un responsable américain a affirmé lundi que Damas était en train de mélanger les composants nécessaires à la militarisation du gaz sarin, un puissant neurotoxique qui provoque une paralysie complète puis la mort.

"Une utilisation éventuelle d'armes chimiques serait totalement inacceptable pour la communauté internationale. Je m'attends à une réaction immédiate de la communauté internationale" si c'était le cas, a déclaré M. Rasmussen avant une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan à Bruxelles.

Cet avertissement intervient quelques heures après que le président américain Barack Obama a directement menacé son homologue syrien, Bachar al-Assad.

"Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable. Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez", a déclaré M. Obama.

M. Rasmussen a par ailleurs indiqué qu'il s'attendait à ce que les ministres donnent une réponse positive à la demande de la Turquie de déployer des missiles Patriot à proximité de la frontière avec la Turquie.

"Je prévois que le Conseil des ministres prenne la décision cet après-midi de renforcer les capacités de défense aérienne de la Turquie (...) pour assurer la protection de la population et du territoire turc", a-t-il indiqué devant la presse.

"La situation à la frontière sud-est de l'Otan est une source de grande inquiétude. La Turquie a demandé le soutien de l'Alliance. Et nous sommes totalement solidaires avec la Turquie", a-t-il dit.

Le déploiement de Patriot par les trois pays de l'Otan possédant ce système --les Etats-Unis, l'Allemagne et les Pays-Bas-- pourrait être effectif d'ici quelques semaines, a précisé M. Rasmussen.

Son objectif "sera totalement défensif" et ne "sera en aucune façon une manière de promouvoir une zone d'exclusion aérienne ou une quelconque opération offensive", a-t-il réitéré.