le régime d'al-Assad lance la bataille de damas

armelle le goff (avec agences)

— 

L'armée de Bachar al-Assad tente de reprendre le contrôle de Damas. Cela fait six jours que les faubourgs de la capitale, tenus par les rebelles, sont pilonnés par les troupes du président syrien. Particulièrement visés, les quartiers de Daraya, Deir al Assafir et Beït Saham, près de la route qui mène à l'aéroport. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les affrontements feraient plusieurs centaines de morts chaque jour. Depuis le déclenchement de la guerre, en mars 2011, l'OSDH fait état de plus de 41 000 morts. Preuve de l'extrême tension qui règne dans le pays, l'ONU a annoncé lundi le retrait de son personnel non essentiel de Syrie pour des raisons de sécurité.
Hautement symbolique, la bataille de Damas illustre l'avancée du conflit, qui n'avait, à l'exception du mois de juillet 2012, jamais atteint la capitale, lieu de concentration de tous les pouvoirs. Les bombardements se doublent cette fois d'un quadrillage de la ville par les soutiens du régime, les chabihas. Les exactions du régime à l'égard de sa population sont nombreuses. Lundi, le gouvernement syrien a récusé l'utilisation d'armes chimiques, après une mise en garde de la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton. Mais le pouvoir est de plus en plus fébrile. « L'opposition syrienne progresse politiquement et militairement. Elle progresse chaque jour », a estimé lundi le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

diplomatie

Vladimir Poutine s'est rendu lundi en Turquie, dans un contexte de tensions entre les deux pays. La Russie, l'un des soutiens du régime syrien, bloque les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, soutenus par la Turquie.