Internet: La Syrie toujours coupée du monde

TECH Le pays se trouve isolé, à la fois pour les trafics entrant et sortant...

P.B.

— 

Courbe du trafic internet en Syrie, interrompu à 12h26 locale,  le 29 novembre.
Courbe du trafic internet en Syrie, interrompu à 12h26 locale,  le 29 novembre. — RENESYS

Mise à jour (23h10): Selon Renesys, la coupure se poursuivait à 21h30.

A 12h26 locale jeudi, l'Internet s'est éteint pour des millions de Syriens. «Les 84 blocs d'adresses IP en Syrie ne peuvent plus être atteints, privant de fait le pays d'internet», a expliqué la société informatique américaine Renesys. De l'extérieur, des sites syriens comme tishreen.info sont également inaccessibles.

Ce n'est pas la première fois que cela se produit dans le pays. En général, les pannes précèdent des repressions violentes des forces gouvernementales. Mais jusqu'à présent, les blackouts, indentifiés sur Twitter par #SyriaBlackout, ne duraient que quelques heures.

Pour l'instant, on ignore l'origine de la panne. «C'est la première fois que le phénomène est à ce point centralisé. Nous essayons de déterminer son origine, savoir si quelqu'un a délibérément débranché la prise ou s'il s'agit d'un problème technique», a expliqué à Wired le patron de SecDev, qui travaille avec les groupes d'opposition.

Le gouvernement syrien a accusé les «terroristes», un terme par lequel il désigne les opposants, d'avoir coupé un câble principal. Le fournisseur de services Internet CloudFlare n'y croit pas. Il rappelle que la Syrie est reliée au reste du réseau mondial par quatre dorsales principales et qu'il est «improbable» qu'elles aient lâché au même moment. Selon CloudFlare, une intervention logicielle, avec une reprogrammation des aiguilleurs, est le principal suspect.

Les lignes téléphoniques fixes également touchées

Comme en Egypte, le régime syrien a vraisemblablement la capacité, via un contrôle des FAI et un réseau très centralisé, d'éteindre les canaux principaux et d'isoler le pays. Mais la situation est différente en Syrie. La présence en ligne du gouvernement est bien plus importante que celle des autres pays du Printemps arabe. En clair, même si Internet aide les rebelles à se coordonner, il sert aussi d'outil de propagande à Assad et le bloquer trop longtemps n'était pas, jusqu'ici, dans son intérêt.

Alors que les rebelles ont gagné du terrain ces dernières semaines, la situation est moins claire sur le front des communications téléphoniques. Selon des habitants, les lignes fixes et mobiles ne fonctionnent plus que sporadiquement.

En Egypte, plusieurs initiatives, de Google et de Twitter, notamment, avaient permis d'offrir une solution de fortune aux internautes, qui pouvaient laisser des messages audio automatiquement publiés sur Twitter. Contacté par 20 Minutes, Twitter précise que la solution fonctionne toujours (à condition que les lignes téléphoniques marchent).

>> Speak2Tweet, les numéros: (+90 212 339 1447 or +30 21 1 198 2716 or +39 06 62207294 or +1 650 419 4196)