Ernesto menace les côtes américaines

©2006 20 minutes

— 

Il y a un an, jour pour jour, le cyclone Katrina s'abattait sur les côtes américaines et ravageait La Nouvelle-Orléans. Un drame dont la ville porte encore les stigmates alors que la saison des ouragans reprend dans le golfe du Mexique. La tempête tropicale Ernesto s'est ainsi abattue hier sur Cuba et poursuit son trajet vers le sud des Etats-Unis, menaçant une région qui peine à se reconstruire.

Plus de 1 500 personnes, dont 700 à La Nouvelle-Orléans, ont été victimes de Katrina. Près de 235 000 km2 – la moitié de la superficie de la France – ont été dévastés et 80 % de La Nouvelle-Orléans inondés. Certes, le Superdome, le grand stade couvert du centre-ville devenu à la fois un refuge et un enfer de violence pour des milliers de rescapés, s'apprête de nouveau à abriter des manifestations sportives. De même, le pittoresque quartier français situé dans le coeur historique de la ville ou le Garden District, quartier chic qui aligne ses splendides demeures coloniales, sont pleins de vie. Mais ailleurs, surtout dans les quartiers pauvres majoritairement peuplés de Noirs, la reconstruction stagne, malgré les 122 milliards de dollars débloqués par le Congrès. Certains quartiers ressemblent toujours à un champ de ruine et plus de la moitié des 500 000 personnes qui habitaient la ville avant le passage de Katrina ne sont toujours pas revenues.

Quant à ceux qui sont restés – les plus pauvres –, ils ont le sentiment d'avoir été abandonnés par les autorités. « Nous savons que le cyclone a été une tragédie, mais la plus grande tragédie est la réponse du gouvernement fédéral », résume Harry Reid, chef de file des démocrates au Sénat.

Clémence Lemaistre

l Un choc à 100 km/h équivaut pour un corps humain à une chute de l Soit une chute de onze onze étages étages.Un parcours de l Effectué à 150 km 157