Des vétérans kosovars demandent la libération d'un des leurs

Reuters

— 

Environ 200 anciens combattants de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) ont perturbé ce mardi l'inauguration d'une autoroute reliant Pristina à l'Albanie pour protester contre l'arrestation d'un de leurs commandants soupçonné de crimes de guerre.

Les vétérans ont occupé l'estrade où devait avoir lieu la cérémonie. «Aujourd'hui, le Kosovo ne fera pas la fête tant que nos camarades ne seront pas libérés», a déclaré l'un des organisateurs du mouvement de protestation.

Un gardien retrouvé pendu avant le procès

L'hélicoptère qui devait transporter le Premier ministre albanais, Sali Berisha, sur les lieux de l'inauguration a rebroussé chemin. Son homologue kosovar, Hashim Thaci, ne s'est pas présenté. Fatmir Limaj, ancien ministre des Transports et proche de Hashim Thaci, et trois autres personnes, accusés d'avoir tué et torturé des Serbes et des Albanais pendant la guerre d'indépendance, ont été interpellés samedi.

L'ancien officier, qui est soupçonné de corruption dans un autre dossier, a été acquitté en mai dernier par un tribunal de Pristina. Les accusations, compilées par un procureur de la Mission de police et de justice de l'Union européenne (Eulex), reposaient essentiellement sur le témoignage d'un ancien gardien de prison, Agim Zogaj, retrouvé pendu en Allemagne avant le procès.

Les soldats et officiers de l'UÇK bénéficient toujours d'une grande popularité dans la population kosovare, qui les considère comme leurs libérateurs. Hashim Thaci a critiqué l'Eulex lundi, jugeant «inacceptable et honteuse» l'arrestation de Fatmir Limaj. Le représentant de l'UE au Kosovo, Samuel Zbogar, a mis en garde le gouvernement de Kosovo cntre toute ingérence dans le processus judiciaire.