Le corps de Yasser Arafat exhumé

Faustine Vincent

— 

Le défunt dirigeant palestinien représenté sur un mur près de Ramallah, en Cisjordanie.
Le défunt dirigeant palestinien représenté sur un mur près de Ramallah, en Cisjordanie. — M. DJURICA / REUTERS

Yasser Arafat a-t-il été empoisonné ? C'est ce que devra déterminer l'examen de sa dépouille, exhumée mardi, huit ans après le décès, le 11 novembre 2004, de l'ancien leader palestinien à l'hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine).

« Nécessité douloureuse »
Taoufik al-Tiraoui, qui préside la commission palestinienne supervisant l'enquête, a déclaré samedi que cette exhumation constituait « une nécessité douloureuse », selon Reuters. Les Palestiniens ont « des éléments tendant à montrer que Yasser Arafat a été assassiné par les Israéliens », a-t-il ajouté. En Israël, les autorités nient toute implication. Des échantillons distincts de la dépouille d'Arafat seront confiés à des équipes de médecins légistes français et suisses, ainsi qu'à une équipe d'experts russes.
Une enquête pour assassinat a été confiée en août en France à trois juges d'instruction de Nanterre (Hauts-de-Seine), après l'annonce par l'Institut de radiophysique de Lausanne (Suisse) de la découverte d'une quantité anormale de polonium sur les effets personnels remis par la veuve d'Arafat, Souha. C'est elle qui a demandé à exhumer le corps de son mari pour enquête.
La disparition de Yasser Arafat a longtemps alimenté des soupçons d'assassinat. Les médecins français qui l'ont soigné à l'hôpital de Percy peu avant sa mort ont dit qu'ils ne pouvaient établir la cause de son décès. L'annonce du résultat des investigations pourrait prendre plusieurs mois.

Ehoud barak quitte la politique

Le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, 70 ans, a annoncé lundi à la surprise générale son retrait de la vie politique après les législatives du 22 janvier. Le parti Atzmaut, que l'ex-Premier ministre travailliste a fondé, est à la traîne dans les intentions de vote, malgré l'embellie observée après l'offensive israélienne à Gaza.