Victoire des indépendantistes

— 

Appelés aux urnes dimanche pour élire leur Parlement régional, sur fond d'appels de plus en plus pressants à l'indépendance, les électeurs catalans n'ont pas accordé la majorité absolue au président de région Artur Mas. Sa formation, la coalition nationaliste Convergencia i Unio (CiU), restait en tête, mais a perdu douze sièges au Parlement, soit un total de 50 sièges sur 135. Mas a reconnu sa défaite.

La priorité doit être le chômage
Pour la première fois, le parti de gauche indépendantiste Esquerra Republicana de Catalunya a obtenu la deuxième place, avec 21 sièges, devant le Parti socialiste catalan, qui a recueilli 20 sièges. Le Parti populaire (droite) du Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, se classe en quatrième position, avec 19 sièges. « Le vote est fragmenté mais le message est clair, note Ferran Requejo, professeur de sciences politiques à l'université Pompeu Fabra de Barcelone. Deux tiers de l'électorat ont voté pour des partis qui sont en faveur d'un référendum sur l'autodétermination. » Pour Rajoy, la revendication d'indépendance est secondaire par rapport au vrai problème de l'Espagne, qui est de trouver une solution au chômage. Mas avait estimé que la Catalogne assumait une part trop importante du budget de l'Etat central et que la situation pourrait s'améliorer en faisant de cette région un Etat indépendant au sein de l'Union européenne. La région est forte de 7,5 millions d'habitants et son PIB équivaut à celui du Portugal.F. V. (avec Sipa)