Pourquoi la dépouille de Yasser Arafat va être exhumée

ENQUETE Le corps de l'ancien chef palestinien doit être exhumé pour déterminer les causes exactes de sa mort, en faisant des recherches sur un éventuel empoisonnement...

Bérénice Dubuc avec agences
— 
La tombe de l'ancien dirigeant palestinien, Yasser Arafat, à Ramallah, le 5 septembre 2011.
La tombe de l'ancien dirigeant palestinien, Yasser Arafat, à Ramallah, le 5 septembre 2011. — REUTERS/Mohamad Torokman

Que va-t-il se passer mardi?

Le corps de l'ancien chef palestinien, Yasser Arafat, doit être exhumé pour permettre à des experts internationaux de procéder à des prélèvements et déterminer les causes exactes de sa mort, survenue le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire français de Percy à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Son corps sera ensuite enterré de nouveau, le même jour, à Ramallah avec les honneurs militaires.

Pourquoi exhume-t-on Yasser Arafat?

Il n'y a jamais eu d'informations médicales claires sur la mort d'Arafat, et aucune autopsie n'avait été réalisée. Même si la cause officielle de sa mort était un accident vasculaire cérébral, l'origine de la maladie dont il a souffert pendant les dernières semaines de sa vie n'a jamais été totalement éclaircie, certains parlant de cancer ou d’empoisonnement. La polémique sur les causes de sa mort a été relancée après la diffusion par Al-Jazira en juillet d'un documentaire révélant que l'Institut de radiophysique de Lausanne, avait découvert «une quantité anormale de polonium», une substance radioactive hautement toxique sur des échantillons biologiques prélevés sur les effets personnels d'Arafat.

Une information judiciaire a été ouverte fin août en France, et confiée à trois juges d'instruction de Nanterre, après une plainte contre X pour assassinat avec constitution de partie civile de Souha Arafat, la veuve du raïs. Les échantillons permettront de faire des recherches sur un éventuel empoisonnement de l'ancien dirigeant palestinien.

Qui procède à cette opération?

Des experts suisses du laboratoire qui a découvert le polonium sur les effets personnels d’Arafat, et les juges français d'instruction français, ainsi que des experts russes. En effet, deux enquêtes parallèles sur le décès sont menées par des enquêteurs français et suisses. Ces deux équipes agissent séparément, la première au nom de Souha Arafat, la seconde au nom de l'Autorité palestinienne, qui ont chacun des doutes sur les résultats de leurs précédentes enquêtes respectives. L'actuel président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a de plus demandé à la Russie d'assister à l'exhumation.

Que va-t-il se passer ensuite?

Les suites de l'enquête dépendront de la qualité des prélèvements réalisés sur la dépouille, pour permettre la recherche de traces de polonium. Selon le président de la commission d'enquête sur la mort de Yasser Arafat, Taoufik Tiraoui, l'annonce du résultat des investigations pourrait prendre plusieurs mois. Les juges espèrent pour leur part savoir avant fin décembre si les échantillons prélevés sur la dépouille du leader historique palestinien sont exploitables, puis, dans l'affirmative, être fixés au printemps sur son éventuel empoisonnement.

En attendant, l’équipe française a commencé à entendre des témoins à Ramallah sous le contrôle du parquet palestinien, et la commission d'enquête palestinienne continue elle aussi ses investigations. «Nous travaillons depuis deux ans dans la discrétion et avec professionnalisme, et lorsque nous parviendrons à un résultat, je l'annoncerai», a indiqué Taoufik Tiraoui, réitérant sa conviction qu'Israël avait assassiné Arafat. Les autorités israéliennes nient être impliquées en quoi que ce soit dans la mort du chef historique palestinien, sans exclure «que des responsables palestiniens l'aient éliminé».