Italie: Les journalistes dénoncent la loi sur la diffamation

Reuters

— 

Les journalistes italiens envisagent de se mettre en grève la semaine prochaine pour protester contre un projet de loi sur la diffamation qui prévoit des peines de prison pour les journalistes mais de simples amendes pour les rédacteurs en chef.

Il faut «une réaction forte et immédiate de l'ensemble des journalistes italiens contre la sombre page qui a été écrite aujourd'hui au Sénat», écrit le secrétaire général du syndicat des journalistes italiens, Franco Siddi, dans un communiqué. L'amendement adopté par le Sénat prévoit une peine de prison d'un an maximum en cas de condamnation pour diffamation et une amende d'un montant maximum de 50.000 euros et de 20.000 euros pour les rédacteurs en chef et directeurs de la publication.

L'amendement doit encore être approuvé par la Chambre des députés. Le débat sur la législation en matière de diffamation en Italie, jugée trop sévère par ses détracteurs qui dénoncent une atteinte à la liberté d'expression, a été relancé en septembre lors de la condamnation à 14 mois de prison du directeur du quotidien Il Giornale, Alessandro Sallusti, pour diffamation envers un magistrat.