Un général de la RDC a vendu des armes à des rebelles

Reuters

— 

Le général Gabriel Amisi, à la tête de l'armée de terre de la République démocratique du Congo (RDC) a vendu des armes à des groupes rebelles accusés d'avoir commis des massacres, affirme un rapport de l'ONU publié mercredi.

L'organisation rebelle M23, dont les combattants ont pris hier la ville de Goma, dans l'Est et ont affirmé leur intention de marcher sur la capitale Kinshasa ne figure pas parmi les groupes cités par le rapport, rédigé par des experts indépendants.

Le rapport affirme que Gabriel Amisi supervise un réseau qui a vendu 300 fusils d'assaut AK-47 à la milice Nyatura, et d'autres armes au groupe Raïa Mutomboki, tous deux actifs dans l'Est.

Une autre enquête de l'Onu avait rapporté au début du mois que ces deux groupes, ainsi que l'organisation rebelle rwandaise FLDR, avaient tué plus de 260 civils dans le cadre de plusieurs massacres ethniques, menés en représailles les uns contre les autres, dans la province du Nord-Kivu.