Vis ma vie de pauvre: Un élu américain va survivre pendant une semaine avec des «food stamps»

ETATS-UNIS Après un twit-clash avec un électeur...

Philippe Berry

— 

46 millions d'Américains bénéficient du programme de coupons alimentaires («food stamps»).
46 millions d'Américains bénéficient du programme de coupons alimentaires («food stamps»). — S.STAPLETON/REUTERS

Cory Booker pratique la «social media democracy». Populiste pour les uns, moderne pour les autres, le maire démocrate de Newark utilise Twitter pour garder un contact direct avec les habitants de cette banlieue new-yorkaise. Coincé par la neige? Il vient avec une pelle vous aider. Une dissertation à faire sur son mandat? Il tweet directement ses conseils. Il a même déjà sorti un voisin d'un incendie et accueilli des habitants chez lui pendant Sandy. Son dernier fait d'armes? Se lancer dans un challenge pour survivre pendant une semaine avec des «food stamps», ces coupons fournis par l'Etat à 46 millions d'Américains défavorisés pour acheter de la nourriture.

Il débattait, dimanche, avec @MwadeNC, une utilisatrice du réseau visiblement conservatrice. «La nutrition n'est pas un rôle du gouvernement», défend-elle. «Il est de notre responsabilité que les enfants aillent à l'école le ventre plein pour bien apprendre», riposte le maire. Qui termine par ce challenge:

 

 

 

 

«Essayons de vivre avec des coupons dans le New Jersey et de nourrir une famille avec pendant une semaine ou un mois. T'es prête à relever le défi»?

 

Les fast-food interdits

 

Les détails n'ont pas encore été communiqués mais Booker a précisé mercredi que son challenge commencerait après le week-end de Thanksgiving. Comme il n'est pas éligible au programme, il le simulera sans doute avec 4,40 dollars par jour, en ne faisant ses courses que dans les endroits agrées (les supermarchés et pas les chaînes de fast-food, qui n'ont souvent pas le droit d'accepter les coupons, pour des raisons de diététique).

 

Booker n'est pas le premier à se livrer à cette expérience. Le maire de Phoenix, Greg Stanton, s'y était essayé en septembre dernier et il avait documenté sa semaine sur Facebook. «Ce matin, je n'ai pas eu le temps de manger des œufs ni même de me faire un sandwich. Je survis avec une pomme et des cacahuètes et le café que j'ai emmené au bureau. Je suis fatigué et j'ai du mal à me concentrer. Je ne peux pas acheter un sandwich car ça serait de la triche. Même le menu à 1 dollar de Taco Bell est interdit. Les coupons ne sont pas acceptés dans ces restaurants. Il faut tout préparer soi-même. Je ne le fais que pour une semaine, donc je garde une attitude positive. Mais si c'était mon quotidien, cela ne serait pas vraiment agréable». A quand l'émission de téléréalité?


Est-ce un coup de pub ou une initiative intéressante, selon vous?