Décès à 98 ans du patriarche de l'Eglise orthodoxe de Bulgarie

Reuters

— 

Le patriarche Maxime, qui dirigeait l'Eglise orthodoxe de Bulgarie depuis quatre décennies, est mort à l'âge de 98 ans, a annoncé ce mardi le clergé dans un communiqué. Le patriarche, dont l'état de santé avait décliné, était hospitalisé depuis plusieurs semaines.

Un successeur sera désigné à titre temporaire par les 13 prélats du Saint-Synode avant qu'un conseil élargi ne soit réuni dans les quatre mois pour nommer le nouveau patriarche de l'Eglise bulgare. Maxime dirigeait l'Eglise orthodoxe de Bulgarie depuis 1971.

Figure conservatrice

C'est sous sa conduite qu'elle a connu un nouvel essor après la chute du communisme: des dizaines d'églises nouvelles ont été construites et des monastères rouverts. Quelque 80% des Bulgares se disent aujourd'hui chrétiens orthodoxes de rites orientaux.

Mais cette figure conservatrice de l'Eglise n'a pas été épargnée par les critiques: on lui reprochait notamment d'avoir collaboré avec le régime communiste et d'avoir été choisi par Todor Jivkov, secrétaire général du Parti et chef de l'Etat, et non élu par le Saint-Synode.

Ces dissensions ont provoqué de lourdes tensions dans l'Eglise bulgare et un schisme dès la fin du régime communiste, en 1989, jusqu'à la réunification de 1998. Né en octobre 1914 à Orechak, un petit village du centre de la Bulgarie, Marin Naïdenov Minkov est entré dans les ordres en 1941 avant de monter en grade dans la hiérarchie religieuse, devenant en 1955 secrétaire général du Saint-Synode.