Bulgarie: Des militaires français en entraînement clandestin pris à partie par des villageois

INSOLITE Deux d'entre eux ont été blessés par balles...

Corentin Chauvel

— 

Illustration d'un commando parachutiste français à Bayonne en 2007.
Illustration d'un commando parachutiste français à Bayonne en 2007. — N.JOSE / SIPA

Cela aurait pu tourner au scénario d’Expendables 2. Finalement, c’est l’inverse qui s’est passé pour cinq militaires français, fraîchement accueillis par des villageois bulgares dans la nuit du 15 au 16 octobre alors qu’ils effectuaient un entraînement clandestin, ont rapporté Infos Défense et Le Point cette semaine.

Se faisant passer auprès des autorités bulgares pour des sportifs perdus près de Pleven, ces hommes du service action de la DGSE ont d’abord vu leur jeep de location encerclée par des villageois armés jusqu’aux dents qui les avaient pris pour des voleurs. «Une bagarre a éclaté», raconte Infos Défense, et trois des cinq militaires ont été blessés: deux par balles aux jambes, tandis que le troisième a eu le nez cassé. 

Deux arrivées en parachute

A l’origine, les militaires se trouvaient en Bulgarie pour un entraînement. Deux d’entre eux avaient sauté en parachute en Roumanie avant de traverser la frontière bulgare, alors que les trois autres étaient arrivés en Bulgarie de manière plus «traditionnelle». Ils avaient ensuite loué une voiture dans laquelle se trouvaient «des cartes de la Bulgarie et de la Roumanie, trois ordinateurs portables, des appareils photos, du matériel de plongée, d’escalade et de parachutisme pour sauter en binôme», précise Infos Défense.

Une fois entendus par les autorités bulgares, ils ont été pris en charge par l’ambassade de France à Sofia, avant d’être exfiltrés quatre jours plus tard par les autorités françaises. «Les blessés ont été hospitalisés dans un hôpital militaire parisien», ajoute Infos Défense.