Election américaine: Sandy met un coup d'arrêt à la campagne présidentielle

ETATS-UNIS Et pourrait bien profiter à Obama...

P.B. avec agences

— 

Barack Obama marche dans les jardins de la Maison Blanche, le 29 octobre 2012, alors qu'il a annulé ses déplacements de campagne à cause de l'ouragan Sandy.
Barack Obama marche dans les jardins de la Maison Blanche, le 29 octobre 2012, alors qu'il a annulé ses déplacements de campagne à cause de l'ouragan Sandy. — J.REED/REUTERS

Mardi a commencé comme une journée de campagne classique: Barack Obama a envoyé un mail à ses supporteurs pour leur demander de l'argent. Mais cette fois, c'était pour la Croix rouge et pas pour son élection, alors que la côte est-américaine panse ses plaies après le passage dévastateur de Sandy, qui a fait au moins une trentaine de victimes.

A une semaine tout juste du scrutin du 6 novembre, la campagne, elle, attendra. Troquant son costume de candidat pour celui de président, Barack Obama pourrait bien bénéficier de ce coup de pouce venu du ciel, alors que Mitt Romney est forcé de ronger son frein.

>> Les images de Sandy, c'est ici

Obama est rentré à la Maison Blanche lundi sans passer par la Floride pour superviser la gestion de la tempête avec ses conseillers aux situations d'urgence. Du coup, il a annulé un rendez-vous dans le Wisconsin mardi et toutes ses étapes de campagne dans l'Ohio mercredi, laissant le soin à Joe Biden et Bill Clinton de battre le pavé.

Du côté républicain, le candidat Mitt Romney, dépourvu de toute fonction officielle, tentait d'occuper le terrain auprès des sinistrés avec son épouse Ann et son candidat à vice-présidence Paul Ryan: Romney dans l'Ohio, sa femme dans le Wisconsin et l'Iowa, et Ryan dans le Wisconsin, des Etats-pivots qui peuvent faire basculer l'issue du scrutin du 6 novembre. Mitt Romney se rendra au chevet des victimes de Sandy dans la semaine, ont précisé ses conseillers.

«Obama formidable», selon le républicain Chris Christie

Lundi, Obama a reçu un hommage inattendu de la part du gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, dont l'Etat a été durement frappé par Sandy. «Le président a été formidable. Je lui ai parlé trois fois hier, il m'a appelé la dernière fois à minuit pour me demander ce dont j'avais besoin, et je lui ai demandé d'accélérer la déclaration de catastrophe majeure», a-t-il expliqué sur la chaîne MSNBC Chris Christie. «Il n'a pas parlé une seule fois des élections, et si lui-même, qui est candidat, n'en parle pas, vous pouvez être sûr que les habitants du New Jersey ne s'y intéressent pas non plus», a ajouté le gouverneur sur CNN.

Alors que sa gestion de Katrina avait coûté cher à George W. Bush, Mitt Romney pourrait bien être embêté dans les prochains jours par des déclarations faites en 2011. Il avait plaidé, lors d'un débat de la primaire républicaine, pour une privatisation de la FEMA, cette Agence fédérale chargée des situations de crise dont l'action se révèle cruciale depuis lundi.

Point sondages

Mitt Romney conserve une légère avance dans les sondages nationaux, avec près d'un point de plus qu'Obama, selon la moyenne de Real Clear Politics (47,1 vs 48%). En revanche, le président garde l'avantage dans une poignée d'Etats-clé, comme l'Ohio et l'Iowa et reste d'un cheveu le favori.