Ouragan Sandy: «C'était vraiment stressant»

TÉMOIGNAGES es internautes français actuellement aux États-Unis nous racontent leur nuit après le passage de l'ouragan Sandy...

Témoignages édités par Christine Laemmel

— 

Seth, internaute de «20Minutes»

Le plus gros de la tempête Sandy semble être passé. Laissant derrière elle au moins 17 victimes, des rues inondées, des arbres déracinées et de grosses frayeurs. Plusieurs internautes installés sur la côte Est des Etats-Unis ou en vacances, nous racontent leur nuit, leur réveil, et leur attente.

>> Vous êtes actuellement sur la côte Est des Etats-Unis ou du Canada? Comment avez-vous vécu le passage de la tempête Sandy? Racontez-nous dans les commentaires ou en nous écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr

 

Chez Seth, installé à Hoboken dans le New Jersey, l’entrée et le garage de l’immeuble ont été inondés. (Photos et vidéo ci-dessous). Malgré les images impressionnantes, il assure que la nuit s’est «passée normalement, mais sans électricité». Et la suite? «On reste chez nous. C'est ce qui est fortement conseillé en tout cas. On peut rien faire à proprement parler, on attend que ça se passe.»

«Il est difficile de déceler les vraies ou fausses informations»

«Cet ouragan chamboule vraiment tout ici de la vie de quartier à la campagne présidentielle» écrit Lucile, 22 ans. La jeune fille travaille à New York et vit dans le Queens, à Astoria. De l’ouragan requalifié en tempête post-tropicale ce mardi, elle ne relève que les arbres «dépouillés de leurs feuilles» que quelques personnes balayent sur le trottoir.

Pas de dégâts majeurs mais beaucoup de stress et d’incertitudes. «J'ai passé la soirée sur Twitter tout en essayant de regarder un film. Beaucoup de rumeurs circulent sur les réseaux. Il est difficile de déceler les vraies ou fausses informations. On vit dans l'attente...» Prudente, Lucile a suivi les conseils du maire de New York. «Ne pas sortir pour éviter les chutes d’arbres ou de câbles électriques. Rester éloigné des fenêtres.»

«Je n’arrive plus à joindre mes amis à New York»

A Philadelphie, plus de peur que de mal aussi pour Mickael, venu rendre visite à des amis de New York, mais bloqué en Pennsylvanie pour le moment. «La télévision annonçait un ouragan extrêmement violent. Le message de rester enfermé chez soi tournait (et tourne encore) en boucle sur toutes les chaînes. Minute par minute on nous annonçait l'arrivée de Sandy. C'était vraiment stressant car on ne savait pas du tout ce qui allait se passer.»

Pour s’occuper, leur hôtel a organisé des séances de cinéma dans le restaurant. «On nous avait prévenus qu'ils avaient fait des provisions supplémentaires pour qu'on ne manque de rien. On s'est occupé comme on a pu» écrit Mickael.

Plutôt calme, Mickael aimerait cependant réussir à joindre à nouveau ses amis installés à New York. Tôt ce matin, sans électricité depuis plusieurs, ils lui avaient expliqué que de l’eau commençait à s’infiltrer dans leur sous-sol. «Je n’arrive plus à les joindre» nous écrit-il ce matin.

«Les fenêtres des chambres tremblaient»

Baptiste, en voyage de classe à New York, nous racontait ce lundi son attente, depuis le sous-sol de son auberge de jeunesse à Harlem. Ce mardi, il confie son soulagement. «Tout le monde était très serein puisque nous étions dans une zone plutôt calme comparée au sud de Manhattan. Les professeurs été très rassurants (…) Nous sommes rentrés dans les chambres après le pic vers minuit heure locale. Cette nuit, le bruit du vent était vraiment impressionnant, les fenêtres des chambres tremblaient. Les sirènes des ambulances ont rythmé notre nuit. Nous suivions en direct les dégâts via les réseaux sociaux.»

Optimiste, le jeune homme espère vite reprendre le cours de ses activités. «Aujourd'hui, nous allons faire si tout va bien le musée d'histoire naturelle. L'après-midi était consacré à la visite du mémorial Ground Zero mais c'est bien évidemment annulé. Ça va être remplacé par du shopping si on peut se déplacer…»